L’Inde connaît une augmentation drastique des attaques anti-chrétiennes (rapport)
Accueil » Actualités » L’Inde connaît une augmentation drastique des attaques anti-chrétiennes (rapport)

L’Inde connaît une augmentation drastique des attaques anti-chrétiennes (rapport)

Depuis janvier, 525 incidents violents contre des chrétiens ont été recensés dans 23 États différents de l’Inde, selon le Forum chrétien uni (UCF), qui a souligné la hausse des incidents signalés par rapport à l’année précédente, qui avait vu 505 attaques.

Selon un communiqué publié le 7 septembre par l’UCF, c’est en juin qu’il y a eu le plus grand nombre d’incidents – 89 – contre des chrétiens. L’UCF a constaté que le nombre d’incidents violents avait culminé en juillet à 80, alors qu’il était au plus bas en mai à 47.

Selon l’UCF, il existe 13 régions à travers le pays où il est désormais dangereux de pratiquer le christianisme. Bastar et Kondagaon, dans le Chhattisgarh, où il y a eu respectivement 51 et 14 actes de violence contre des chrétiens, arrivent en tête de liste. Le plus souvent, les chrétiens sont la cible de la loi anti-conversion de l’État.

Près de 520 chrétiens ont été détenus à travers le pays en vertu de la loi anti-conversion jusqu’à présent cette année, note le communiqué de l’UCF.

Avec 211 assauts, c’est l’Uttar Pradesh qui a enregistré le plus grand nombre d’attaques, suivi du Chhattisgarh et de l’Haryana.

Dans le Chhattisgarh et le Jharkhand, les chrétiens se sont vu refuser l’accès aux sources d’eau dans plus de 54 cas d’exclusion sociale. Parfois, il leur était même interdit de récolter leurs propres récoltes.

De plus, des actes de violence contre des chrétiens ont eu lieu à New Delhi, la capitale nationale, où quatre rassemblements de prière ont été perturbés par des groupes extrémistes.

Les informations sur les violences provenant de plusieurs endroits du Manipur sont restées inaccessibles depuis le début des troubles le 3 mai. L’UCF a indiqué qu’elle attendait un rapport officiel sur cette question de la part des responsables gouvernementaux.