Qui sommes-nous en tant que chrétiens ?  (partie 3)
Accueil » Actualités » Qui sommes-nous en tant que chrétiens ? (partie 3)

Qui sommes-nous en tant que chrétiens ? (partie 3)

Fondements : premiers principes

Je ne peux pas penser à une question plus productive et utile pour un chrétien à se poser que : « Chrétien, qui es-tu et quelle différence cela fait-il ?

Le début d’une nouvelle année est un moment approprié et propice à la réflexion, au regret et à la résolution de faire certaines choses différemment à l’avenir.

Le début d’une nouvelle année nous rappelle le passage du temps, un bien des plus précieux, car nous avons tous un temps limité à passer sur cette Terre et aucun de nous ne sait combien il nous reste à passer.

La définition du terme «chrétien» doit toujours commencer par l’expérience singulière et à la première personne de répondre à l’œuvre de conviction du Saint-Esprit et à l’acceptation du salut acquis par le sacrifice de lui-même par le Seigneur Jésus-Christ, payant la pénalité pour notre péché. Alors que le christianisme englobe également l’église universelle (tous les vivants et les morts qui ont accepté Jésus comme Sauveur et Seigneur) et ses enseignements, constituent collectivement une vision du monde philosophique complète, il doit toujours commencer individuellement et de manière expérientielle.

Alors qui sommes-nous en tant que chrétiens ? Nous sommes des individus qui ont répondu à l’œuvre de conviction du Saint-Esprit et avons accepté Jésus comme Seigneur et Sauveur, étant ainsi habités par le Saint-Esprit de Dieu. L’Apôtre Paul, en rappelant aux chrétiens de Corinthe qui ils étaient (et les preuves suggèrent fortement qu’ils avaient certainement besoin d’un rappel) le leur dit.

« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple – le sanctuaire même – du Saint-Esprit qui habite en vous, que vous avez reçu [as a Gift] de Dieu? Vous n’êtes pas vous-même. Vous avez été acheté pour un prix – acheté avec un prix précieux et payé, fait sien. Ainsi donc, honorez Dieu et glorifiez-le dans votre corps. » (I Cor. 6:19-20, Bible amplifiée).

Donc, premièrement, en tant que rachetés par Christ, nous ne nous appartenons pas, nous appartenons à Jésus et nous sommes libérés et rendus capables par le Saint-Esprit en nous de connaître et d’accomplir la volonté et le but de Dieu pour nos vies.

L’ancien président George W. Bush nous a rappelé, se référant à l’Amérique, « Nous ne sommes pas l’auteur de cette histoire, qui remplit le temps et l’éternité de son but » (première allocution inaugurale, 1er janvier 2001). Ainsi, nous ne sommes pas l’auteur de notre histoire personnelle. Dieu a, depuis le début, créé un plan et un but pour chacun de nous à accomplir dans notre séjour terrestre.

« Avant de te former dans le ventre de ma mère, je te connaissais et t’approuvais [as My chosen instrument]et avant ta naissance, je t’ai séparé et je t’ai mis à part, te consacrant, et je t’ai établi prophète des nations. » (Jérémie 1:5, Bible amplifiée).

En tant que chrétiens nés de nouveau et rachetés, nous pouvons affronter le Nouvel An confiants dans le fait que chacun de nous est un enfant du Roi, qui a vaincu la mort pour chacun de nous. Par conséquent, quels que soient les obstacles, les barrières ou les revers que nous rencontrons en cours de route, nous savons comment l’histoire se termine. Nous avons lu le « dernier chapitre » et nous savons qu’à la fin, la justice est récompensée et l’injustice est punie.

Comme nous l’a rappelé le Dr Martin Luther King Jr. au milieu des turbulences du milieu du XXe siècle :

« Le mal peut tellement façonner les événements que César occupera un palais et le Christ une croix, mais ce même Christ est apparu et a divisé l’histoire en AD et BC, de sorte que même la vie de César doit être datée par son nom. Oui, « l’arc de l’univers moral est long, mais il se penche vers la justice. » Il y a quelque chose dans l’univers qui justifie William Cullen Bryant en disant : « La vérité écrasée sur terre renaîtra. » » (Martin Luther King Jr., « Le messager de l’Évangile », 1958).

En fin de compte, le «pli vers la justice» culmine dans la victoire complète lorsque le Roi des rois revient pour juger les vivants et les morts et inaugurer l’éternité.

Alors que chacun de nous avance dans la nouvelle année, nous devons résider dans la pleine confiance que Jésus est vainqueur et que nous sommes destinés à être victorieux en lui.

Quand j’étais enfant, puis jeune homme, chaque fois que je quittais la maison, ma mère chrétienne me donnait un baiser et disait ensuite : « Richard, souviens-toi toujours de qui tu es ! » Je comprenais ce qu’elle disait. J’étais chrétien. J’étais élevé dans un foyer chrétien et je devais toujours me rappeler que la réputation de ma famille ainsi que celle de mon Sauveur se reflétaient dans mon comportement et que je ne devais pas agir de manière à contredire ce que je savais être Dieu. la volonté et le but de ma vie. J’ai souvent pensé qu’elle aurait aussi bien pu dire : « Richard, souviens-toi de qui tu es ! », faisant référence à la vérité spirituelle que j’étais, je suis et je serai toujours un enfant né de nouveau du Roi.

Nous devrions dégager la confiance tranquille que nous savons que le bien finit toujours par vaincre le mal. Nous devrions, en nous abandonnant au ministère continu du Saint-Esprit dans nos vies, exsuder le fruit de l’Esprit :

« Mais le fruit de l’Esprit (Saint), [the work which His presence within accomplished]— est l’amour, la joie (l’allégresse), la paix, la patience (un tempérament égal, l’indulgence), la gentillesse, la bonté (la bienveillance), la fidélité ; (Douceur, humilité), douceur, maîtrise de soi (discipline, continence). » (Gal. 5 :22-23, Bible amplifiée).

Et bien sûr, en tant que destinataires expérientiels de la nouvelle naissance d’en haut, nous devrions être impatients de partager la « bonne nouvelle » de l’Evangile qu’il y a « la vie, et la vie en abondance » (Jean 3:16) en Jésus-Christ. .

Et si nous vivons vraiment la vie victorieuse que Jésus veut que nous vivions, les gens nous demanderont : « Quel est le secret de votre bonheur, de votre paix et de votre contentement ? » Nous avons alors l’occasion de partager la bonne nouvelle ultime. que, « Car Dieu a tant aimé et chèrement estimé le monde qu’Il [even] a donné son Fils unique (unique), afin que quiconque croit en (se confie, s’attache à, s’appuie sur) ne périsse pas – ne vienne à la destruction, ne soit perdu – mais ait la vie éternelle (éternelle)  » (Jean 3 :16, Bible amplifiée).

L’Apôtre Pierre nous commande de « mettre Christ à part dans vos cœurs comme saint [and acknowledge Him] comme Seigneur. Soyez toujours prêt à donner une défense logique à quiconque vous demande de rendre compte de l’espoir qui est en vous, mais faites-le avec courtoisie et respect. » (I Pet. 3:16, Bible amplifiée).

Ma prière pour chacun de mes frères et sœurs en Christ, ainsi que pour moi-même, est que nous laissions Christ vivre en nous et à travers nous afin que notre marche quotidienne avec Lui en amène d’autres à demander la raison « de l’espérance » qui est en chacun de nous.

Je prie pour que chacun de vous ait une joyeuse nouvelle année en Christ !