La Russie condamnée pour avoir puni un pasteur américain pour un rassemblement de prière pacifique : "la tyrannie"
Accueil » Actualités » La Russie condamnée pour avoir puni un pasteur américain pour un rassemblement de prière pacifique : « la tyrannie »

La Russie condamnée pour avoir puni un pasteur américain pour un rassemblement de prière pacifique : « la tyrannie »

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Russie pour avoir puni un pasteur évangélique américain pour avoir organisé un rassemblement de prière pacifique chez lui, jugeant que Moscou avait violé le droit du pasteur à la liberté religieuse et fait preuve de discrimination à son encontre.

Dans un jugement rendu ce mois-ci, la CEDH a jugé que les autorités russes avaient violé les droits de l’homme du pasteur Donald Ossewaarde en lui infligeant une amende pour avoir invité des résidents locaux dans sa maison pour le culte, le chant et l’étude biblique dans sa maison d’Orel, en Russie, l’homme a déclaré le groupe de défense des droits Alliance Defending Freedom International dans un communiqué.

En 2016, Ossewaarde a été arrêté, emmené au poste de police, poursuivi et condamné en vertu de la loi antiterroriste russe, qui prévoit des peines plus lourdes pour les citoyens non russes. Il a été condamné à une amende de 40 000 roubles (environ 700 dollars). Après que la condamnation ait été confirmée par les tribunaux russes, Ossewaarde a fait appel devant la CEDH.

La CEDH a statué que toute sanction pour le travail missionnaire viole le droit à la liberté religieuse et a confirmé que « la liberté de manifester sa religion comprend… le droit d’exprimer ses opinions religieuses ».

Le tribunal a également rejeté les sanctions distinctes pour les citoyens étrangers comme « discriminatoires », violant le droit de ne pas être discriminé.

« J’ai été injustement puni pour avoir exercé mon droit humain fondamental de parler de ma foi et de prier avec les autres », a déclaré Ossewaarde. « Ma femme et moi avons invité des gens chez nous pour chanter des hymnes, lire la Bible et prier ensemble. Des millions de personnes dans le monde sont libres de le faire sans ingérence, mais j’ai été traité comme un criminel et condamné en vertu d’une loi russe visant les terroristes.

Il a ajouté qu’il était maintenant « encouragé que la Cour ait clairement affirmé le droit individuel à la liberté religieuse et l’importance clé de la protection du culte de groupe et des efforts d’évangélisation ».

« Personne ne devrait être criminalisé pour avoir prié ou invité d’autres personnes à participer à des rassemblements religieux pacifiques », a-t-il poursuivi. « La criminalisation de la religion conduit à la tyrannie. »

Ossewaarde, originaire du Michigan, vivait à Oryol depuis 2005 et organisait régulièrement des rassemblements de prière et des lectures bibliques, a indiqué le groupe.

En août 2016, trois policiers sont entrés chez lui et ont ensuite ordonné à Ossewaarde de se rendre au poste de police pour prendre ses empreintes digitales. Il fut bientôt condamné pour avoir effectué un travail missionnaire.

En juillet 2016, la Russie a introduit une nouvelle loi antiterroriste, criminalisant le « travail missionnaire » par des individus dans de nombreux cas.

Le directeur d’Advocacy Europe d’ADF, le Dr Felix Böllmann, a appelé la Russie à respecter le cadre international des droits de l’homme conformément à la décision.

« Personne ne devrait être discriminé ou persécuté pour avoir partagé sa foi, quelle que soit sa religion ou sa confession », a-t-il déclaré. « La Cour européenne des droits de l’homme a une fois de plus affirmé que l’évangélisation et le travail missionnaire sont un élément clé et solidement protégé. de la liberté de religion en vertu de la Convention européenne des droits de l’homme.