Au moins 17 chrétiens tués en 2 jours à travers le Nigeria, selon des sources
Accueil » Actualités » Au moins 17 chrétiens tués en 2 jours à travers le Nigeria, selon des sources

Au moins 17 chrétiens tués en 2 jours à travers le Nigeria, selon des sources

ABUJA, Nigeria – Des bergers peuls présumés ont tué cinq chrétiens tôt dimanche matin dans le nord-est du Nigeria après le massacre de 12 chrétiens vendredi dernier dans la Middle Belt du pays, ont indiqué des sources.

Dans le comté de Tafawa Balewa, dans l’État de Bauchi, des habitants de la région ont déclaré que des bergers avaient attaqué la communauté à prédominance chrétienne de Gambar Sabon Layi, tuant cinq chrétiens et en kidnappant un autre.

« Des bergers peuls vers 3 heures du matin ce dimanche 22 janvier ont envahi ma communauté de Gambar Sabon Layi », a déclaré Godwin Moses, habitant de la région, à Morning Star News dans un SMS. « Les bergers peuls ont tué cinq membres de notre communauté chrétienne et un sixième chrétien, M. Daniel Dabwa, a été capturé et est retenu captif dans un lieu inconnu. »

Manasseh Danladi, un autre habitant, a reconnu que les assaillants étaient des « terroristes peuls armés », déclarant dans un message texte à Morning Star News que l’un des tués était un membre de sa famille et que Dabwa avait été « emmené sous la menace d’une arme ». . »

La princesse Ella, résidente de la région, a ajouté : « C’est un dimanche noir pour nous à Gambar Sabon Layi, car cinq de nos membres chrétiens ont été tués et un kidnappé ».

Tafawa Balewa, une zone à majorité chrétienne, est attaquée depuis plusieurs années par des terroristes islamistes et des bergers peuls majoritairement musulmans. De nombreux villages sont en ruines, rendus désolés par les attaques qui ont poussé les survivants chrétiens vers d’autres régions du Nigeria.

Dans l’État de Benue, dans la ceinture médiane du pays, des bergers peuls armés ont envahi vendredi la communauté à prédominance chrétienne d’Abagena, près de Makurdi, la capitale de l’État, et ont tué 12 chrétiens, ont déclaré des habitants de la région dans des SMS. à Morning Star News.

Les bergers ont attaqué peu après minuit pendant plus de trois heures, ont déclaré des habitants de la région.

Paul Hemba, conseiller spécial de l’État pour les questions de sécurité, a déclaré que « les attaques ont été menées contre ces communautés chrétiennes par des bergers peuls armés quelques minutes après minuit et jusqu’aux premières heures du vendredi 20 janvier ».

Il a identifié certains de ceux qui ont été tués comme étant Gbashaor Acho; Gbashaor Joseph; Anshe Dekera; Ancho Kpor ; Eunice Gbashaor ; Sewuese Gbashaor ; Terlumun Ajah ; Emberga Gbashaor ; et Donald Gbashaor.

« Un homme, sa femme et ses quatre enfants figuraient parmi les chrétiens tués lors de l’attaque », a déclaré Hemba.

Catherine Anene, porte-parole du commandement de la police de l’État de Benue, a confirmé l’attaque et déclaré que des officiers avaient été déployés dans la région.

Ivor James, un habitant de la région, a identifié les assaillants comme étant des bergers peuls. Elle a ajouté que de nombreux autres villageois avaient été blessés. Le résident Joseph Atom a déclaré que deux communautés à prédominance chrétienne à proximité avaient également été attaquées.

« À côté du village d’Abagena, Mbagwen et Utyondu ont également été attaqués au même moment où Abagena a été attaqué par les terroristes », a déclaré Atom. « De nombreux chrétiens ont également été tués dans ces communautés. Le nombre de victimes n’a pas encore été déterminé.

Du 3 au 5 janvier, des bergers armés ont également attaqué les villages de Nagi et Tse-Girgi Dajo, des communautés à prédominance chrétienne du comté de Gwer West dans l’État de Benue, ont indiqué des sources locales. Quatre chrétiens ont été blessés.

« Deux chrétiens ont été grièvement blessés lors de l’attaque de Nagi tandis que deux autres chrétiens ont également été blessés lors de l’attaque de Tse-Girgi Dajo », a déclaré Andrew Ayande, un responsable du conseil local du conseil du gouvernement local de Gwer West.

Le Nigeria était en tête du nombre de chrétiens tués pour leur foi en 2022, avec 5 014, selon le rapport 2023 de la World Watch List (WWL) d’Open Doors.

Le pays était également en tête du monde en ce qui concerne les chrétiens enlevés (4 726), agressés ou harcelés sexuellement, mariés de force ou maltraités physiquement ou mentalement et avait le plus de maisons et d’entreprises attaquées pour des raisons religieuses. Comme l’année précédente, le Nigeria a enregistré le deuxième plus grand nombre d’attaques d’églises et de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Dans la liste de surveillance mondiale 2023 des pays où il est le plus difficile d’être chrétien, le Nigéria a bondi à la sixième place, son meilleur classement jamais enregistré, par rapport au n ° 7 l’année précédente.

« Des militants des Peuls, de Boko Haram, de la province de l’État islamique d’Afrique de l’Ouest (ISWAP) et d’autres mènent des raids sur les communautés chrétiennes, tuant, mutilant, violant et kidnappant contre rançon ou esclavage sexuel », note le rapport de WWL. « Cette année a également vu cette violence se répandre dans le sud du pays, à majorité chrétienne… Le gouvernement nigérian continue de nier qu’il s’agit de persécution religieuse, de sorte que les violations des droits des chrétiens sont perpétrées en toute impunité. »

Au nombre de millions à travers le Nigeria et le Sahel, les Peuls majoritairement musulmans comprennent des centaines de clans de nombreuses lignées différentes qui n’ont pas d’opinions extrémistes, mais certains Peuls adhèrent à l’idéologie islamiste radicale. International Freedom or Belief (APPG) noté dans un rapport récent.

« Ils adoptent une stratégie comparable à celle de Boko Haram et de l’ISWAP et démontrent une intention claire de cibler les chrétiens et les puissants symboles de l’identité chrétienne », indique le rapport de l’APPG.

Les dirigeants chrétiens du Nigéria pensent que les attaques des bergers contre les communautés chrétiennes de la Middle Belt du Nigéria sont inspirées par leur désir de s’emparer par la force des terres des chrétiens et d’imposer l’islam, car la désertification a rendu difficile pour eux la subsistance de leurs troupeaux.