Les forces russes ont capturé et tué au moins 29 chefs religieux depuis le début de la guerre en Ukraine (responsable)
Accueil » Actualités » Les forces russes ont capturé et tué au moins 29 chefs religieux depuis le début de la guerre en Ukraine (responsable)

Les forces russes ont capturé et tué au moins 29 chefs religieux depuis le début de la guerre en Ukraine (responsable)

Les soldats russes et les responsables de l’occupation ont commis au moins 76 actes de persécution religieuse en Ukraine depuis l’invasion de février 2022 dans le cadre d’une tentative de destruction de l’identité nationale, ont déclaré des sources officielles et ecclésiales lors du Sommet international sur la liberté religieuse.

Depuis l’invasion, les chrétiens évangéliques, notamment les baptistes, les pentecôtistes et les adventistes du septième jour, ont beaucoup souffert, a déclaré le commissaire parlementaire aux droits de l’homme en Ukraine, Dmytro Lubinets, aux participants au sommet qui se tient à Washington, DC, mardi et mercredi.

« L’armée russe a menacé à plusieurs reprises d’élimination physique totale de tous les croyants évangéliques, les traitant d’espions américains, de sectaires et d’ennemis du peuple orthodoxe russe », a déclaré Lubinets lors d’une table ronde mardi. « Pour tuer une personne, démolir une église, les Russes font tout pour nous détruire en tant que nation. »

Citant les 76 cas de persécution depuis l’invasion, Lubinets a déclaré que les soldats et responsables russes ont tué ou capturé au moins 29 religieux ou chefs religieux en Ukraine depuis février 2022, ajoutant que ce chiffre ne représente que les cas vérifiés et que le nombre réel est bien plus élevé. .

Parallèlement aux détentions arbitraires, aux viols, à la torture et aux menaces de meurtre, a-t-il déclaré, « les occupants simulent des fusillades et menacent d’exécuter des membres de leur famille. Ces personnes sont détenues dans des conditions inhumaines, sans eau ni nourriture, et même sans accès à des toilettes. »

Mykhailo Brytsyn, pasteur en Ukraine jusqu’à ce que les soldats russes s’introduisent dans un service de culte et ferment son église, a déclaré que toutes les églises des villes occupées par la Russie étaient fermées.

« La plupart des prêtres et des pasteurs comme moi ont été menacés, intimidés, humiliés, détenus, battus et expulsés », a déclaré le pasteur Brytsyn aux participants au sommet. « Certains prêtres et croyants se trouvent encore aujourd’hui dans les prisons russes. Certains d’entre eux ont été tués.

Lubinets a déclaré que l’une des premières choses que font les soldats russes lorsqu’ils s’emparent d’une ville est de détruire les églises, « sauf une, et ils obligent également tous les citoyens à s’y rendre ».

En novembre 2022, un diacre d’une église évangélique et son fils ont été retrouvés abattus dans une zone forestière de la partie occupée par la Russie de la région de Kherson, quelques jours après avoir été enlevés par des soldats russes, a-t-il déclaré.

« En août 2023, les Russes ont attaqué la paroisse catholique romaine de Skadovsk, dans la région de Kherson », a ajouté Lubinets. « On a dit aux paroissiens qu’il s’agissait d’une opération antiterroriste spéciale. Il existe de nombreuses histoires de ce genre.

Depuis février 2022, la Russie a endommagé ou détruit plus de 600 édifices religieux, dont ceux des communautés protestante, juive, catholique et musulmane, a-t-il précisé.

« Le plus grand nombre d’édifices religieux détruits se trouve dans les territoires temporairement occupés des régions de Donetsk et de Louhansk », a déclaré Lubinets.

Un rapport de novembre de la Religious Freedom Initiative de la Mission Eurasia, aux États-Unis, a révélé que l’invasion avait causé des dommages à au moins 630 structures religieuses, dont 206 maisons de prière évangéliques.

Parmi les fondements idéologiques des attaques russes contre des cibles religieuses figure l’objectif de détruire une culture ukrainienne désormais fière de la liberté de religion et des valeurs démocratiques, indique le rapport.

Après l’éclatement du mouvement séparatiste soutenu par la Russie en 2014, « les personnalités religieuses ukrainiennes et la plupart des communautés religieuses des régions de Donetsk et de Louhansk contrôlées par la Russie ont subi des persécutions brutales », indique le rapport. « La seule exception était l’Église orthodoxe ukrainienne, affiliée au Patriarcat de Moscou, qui jouissait de l’immunité car elle soutenait les séparatistes contrôlés par la Russie. »

Les responsables de l’occupation russe percevaient les membres de l’Église orthodoxe d’Ukraine, de l’Église gréco-catholique ukrainienne et des Églises évangéliques comme des agents ennemis et des espions des services de renseignement ukrainiens ou américains, indique le rapport. En février-mars 2022, les soldats russes étaient prêts à persécuter les adeptes de la religion.

« Les propagandistes russes ont commencé à accuser les personnalités religieuses ukrainiennes d’organiser la résistance armée », indique le rapport. « Des prêtres et des pasteurs ont été accusés sans fondement de coopérer avec les services de sécurité ukrainiens, de stocker des armes, de transporter des explosifs ou d’appeler à un soulèvement armé contre les autorités d’occupation. »

Viktor Zelenskyi, chef du Service d’État ukrainien pour les affaires ethniques et la liberté de conscience auprès du Conseil des ministres, a déclaré aux participants du sommet de l’IRF que l’invasion russe de l’Ukraine avait entraîné des atrocités telles que l’exécution par balle de prêtres, de pasteurs, d’imams et de leurs épouses.

« Lorsque j’ai demandé à des pasteurs persécutés dans la région de Kiev pendant les deux mois d’occupation du territoire de Kiev pourquoi les soldats russes étaient si en colère et si brutaux envers les sites religieux, l’un d’entre eux a répondu : « Ils détestent la liberté, et ils détestent vraiment les libertés – ils ne peuvent pas survivre ». quand les gens pourront prier librement », a déclaré Zelenskyi.

L’Église orthodoxe russe et son patriarche Cyrille ne sont pas seulement des instruments de l’agression russe mais aussi des participants, a-t-il déclaré.

« Le patriarche Kirill n’a pas seulement béni les militaires contre l’Ukraine, il a ouvertement déclaré qu’il aimerait détruire l’identité ukrainienne, qu’il aimerait détruire la culture ukrainienne, la langue ukrainienne, et qu’il aimerait effacer toutes les scènes de guérilla et d’armées. [that they] être tué en Ukraine au cours de la soi-disant opération militaire spéciale », a déclaré Zelensky. « J’ai complètement réalisé et je crois que le patriarche Cyrille est l’un des plus grands criminels coupables de [the deaths of] martyrs, coupable de toutes ces violations des droits de l’homme et de la liberté religieuse en Ukraine.

Le pasteur Brytsyn, directeur de l’Initiative pour la liberté religieuse de la Mission Eurasie, a déclaré aux participants au sommet que tant que l’occupation russe des territoires ukrainiens se poursuivrait, de nouveaux cas de persécution religieuse apparaîtraient.

« Là où se trouve la Russie, il n’y a pas de liberté du tout », a-t-il déclaré. « Je crois que la liberté religieuse ne reviendra dans les territoires occupés que lorsqu’ils seront libérés et rendus sous le contrôle du gouvernement ukrainien. »