Bilan d'une année : Déceptions et surprises de mes voyages
Accueil » Actualités » Bilan d’une année : Déceptions et surprises de mes voyages

Bilan d’une année : Déceptions et surprises de mes voyages

Une autre année de voyage a produit une autre année de surprises et de déceptions.

Voici les faits saillants et les points faibles de mes voyages en 2022.

Déceptions de voyage

Visiter Toronto a été une déception.

Ayant grandi juste de l’autre côté de la frontière américano-canadienne dans le Michigan à une époque où personne n’allait à Détroit pour vivre une expérience dans une grande ville, il y avait toujours un attrait à se rendre dans la plus grande ville du Canada.

Cependant, comme à San Francisco et dans d’autres villes américaines, l’itinérance et l’augmentation de la criminalité ont eu un impact négatif sur Toronto. J’ai vécu ça pendant l’été.

Bien que Toronto ait encore énormément de choses à faire et à voir, ceux qui se souviennent des rues propres et sûres d’autrefois seront sûrement déçus par ce qu’ils voient aujourd’hui : des campements de sans-abri, des parcs envahis par les vagabonds, des mendiants semi-agressifs et cette odeur caractéristique de la marijuana (grâce à la légalisation) partout et n’importe où dans les rues du centre-ville.

Cependant, ma plus grande déception cette année a été les hôtels.

Alors que les hôtels se sont pour la plupart remis des jours les plus sombres de la pandémie, l’expérience que les clients vivent ces jours-ci est tout sauf normale.

Les hôtels de tout le spectre de qualité et parmi toutes les grandes marques ont fait tout leur possible pour réduire les coûts et augmenter les profits. Dans le même temps, les normes de marque que les chaînes appliquaient aux franchisés ressemblent davantage à des suggestions à Hyatt Place et Courtyard by Marriott.

Le ménage quotidien de nombreuses marques appartient au passé. L’une des conséquences d’un entretien ménager réduit est que les chambres sont plus sales, car les préposés aux chambres ne disposent généralement pas de temps supplémentaire pour nettoyer une chambre qui n’a pas été entretenue depuis deux ou trois jours. Ensuite, il y a les petites bouteilles de shampoing, de revitalisant et de nettoyant pour le corps, qui dans de nombreux hôtels de chaîne ont été remplacées par des distributeurs muraux insalubres qui, le plus souvent, sont vides ou à moitié vides.

Surprises de voyage

De tous mes voyages, deux destinations se sont vraiment démarquées.

L’un était St. George, Utah.

Cette ville universitaire autrefois endormie avec sa communauté mormone ou saint des derniers jours historiquement dominante – comme les adhérents de la foi non trinitaire sont généralement appelés aujourd’hui – m’a surpris.

Pour commencer, l’emplacement près des frontières de l’Utah avec l’Arizona et le Nevada fait du siège du comté de Washington environnant une passerelle vers les parcs nationaux et les loisirs de plein air sur diverses terres publiques. C’est le genre d’endroits où même les non-croyants sont émerveillés par la beauté infinie de la création de Dieu.

En bref, St. George doit être l’un des endroits les plus sous-estimés du sud-ouest.

Ensuite, il y a Covington, Kentucky.

Situé de l’autre côté de la rivière Ohio depuis Cincinnati, c’est devenu une destination à part entière, grâce à Ken Ham de Answers in Genesis.

Le ministère exploite deux grandes attractions : le Musée de la création, qui raconte l’histoire de la création biblique à travers le créationnisme de la Jeune Terre, et Ark Encounter, une interprétation à grande échelle du vaisseau que Noé a construit pour échapper au déluge de la Genèse, le premier livre de la Bible.

Au-delà du musée et de l’arche se trouve le centre-ville de Covington lui-même, qui dépasse son poids.

Un point de repère majeur est la basilique-cathédrale Sainte-Marie de l’Assomption. La façade ouest de la cathédrale catholique romaine est une copie à l’échelle 1/3 de l’emblématique cathédrale Notre-Dame de Paris.

Un autre grand attrait est Mainstrasse Village, un quartier pittoresque classé au registre national des lieux historiques. Aujourd’hui, les magasins et les restaurants occupent des bâtiments du XIXe siècle qui étaient autrefois les maisons et les entreprises de la communauté allemande.

Dennis Lennox écrit une chronique de voyage pour The Christian Post.