Espagne : neuf évangélistes allemands incarcérés lors d'une prédication dans le métro de Valence

Publié le 27 Août 2018

Les neuf prédicateurs allemands arrivent à la cité de la justice de Valence. (photo : KIKE TABERNER | ATLAS)

Les neuf prédicateurs allemands arrivent à la cité de la justice de Valence. (photo : KIKE TABERNER | ATLAS)

Petros Tsorakis (avec le téléphone en main) garde le sourire et essaie de voir le verre à moitié plein. A ses côtés, cependant, les visages des huit autres prédicateurs évangéliques allemands qui restent bloqués à Valence après avoir été arrêtés le 4 août pour avoir déclenché la panique dans le métro de la ville reflètent la tension accumulée après avoir passé une semaine en détention provisoire. L'incompréhension avec laquelle ils vivent cette situation. Tsorakis, fils d'un Grec et d'un Espagnol, insiste sur le fait que tout était un malentendu provoqué par un jeune homme qui les parodiait.

Les prédicateurs, appartenant au groupe Werde-Licht (devenir la lumière), ont entre 19 et 45 ans, et viennent de toute l’Allemagne. Il y a un enseignant, un ingénieur, trois ouvriers, un boulanger et trois étudiants. Tous les neuf sont accusés de la forme aggravée de trouble à l’ordre public, passible d'une peine de prison de un à six ans. Le Code pénal le prévoit pour ceux qui troublent la paix publique avec des actes de violence contre des personnes ou des biens ou menacent de les exécuter dans un endroit surpeuplé. Ils sont libérés après avoir payé une caution de 3 000 euros, mais ils doivent comparaître tous les mardis au tribunal, ce qui rend difficile leur retour dans leur pays.

Ses avocats estiment que l'accusation ne tient pas debout. Le secrétaire exécutif de la Fédération des entités religieuses évangéliques d'Espagne (Ferede), Mariano Blázquez, estime que le processus reflète le peu de respect qui existe dans le pays à l'égard de la liberté de religion en dehors de ses expressions catholiques. Les avocats et Blázquez conviennent que les prédicateurs peuvent être accusés, en tout cas, de maladresse. Et ils insistent sur le fait qu'ils ne font que répandre la parole de Dieu, comme ils l'ont fait d'autres fois à l'intérieur et à l'extérieur de l'Europe sans avoir un problème similaire.

Les Allemands ont grimpé le samedi 4 août à 23h30 dans un wagon de la ligne 3 de Metrovalencia qui été rempli, en grande partie, par des jeunes. Ils l'ont prise à la gare de Xàtiva et deux arrêts plus tard, à Albereda, ont été arrêtés. Pendant les quatre minutes que dura le voyage, les téléphones d'urgence et la police ont reçu plusieurs appels de passagers effrayés décrivant ce qui pourrait être une attaque terroriste. Selon les annonces, les hommes étaient des étrangers, peut-être arabes, (en dépit de leur nationalité, beaucoup d'entre eux sont nés ou leurs familles viennent de la Turquie, l'Irak, le Kirghizistan et la Russie) avec un porte-voix et crié menaçant des phrases comme « brûlera en enfer » et "Nous allons tous mourir." Lorsque les portes du convoi se sont ouvertes à Albereda, de nombreux passagers se sont enfuis en panique. Une femme a été blessée. Le chauffeur a arrêté le métro à la gare et la police les a arrêtés après.

Lors de la dénonciation du péché par les prédicateurs, certains passagers ont cru à une attaque islamiste...

Lors de la dénonciation du péché par les prédicateurs, certains passagers ont cru à une attaque islamiste...

Tsorakis et les avocats du bureau de ZBP, dirigé par Andrés Zapata, assurent que les événements ne se sont pas déroulés de cette manière et que la vidéo de ce qui s'est passé cette nuit-là sur les réseaux sociaux amplifiant l'incident le prouve. Selon l'évangélique allemand, dans le métro, ils ont répété le type de prédication qu'ils avaient prononcée toute la journée à Valence et avant à Calp et à Benidorm. Ils ont dit: "Nous avons un message pour vous, cet endroit est plein de péché, de drogue, de fornication, d'alcool." Pour compliquer encore les choses, un membre du groupe, grand, à la barbe et au teint sombre, criait les mots en allemand et Tsorakis les traduisait en castillan avec un fort accent tandis qu'un autre tenait le mégaphone.

"Là où nous étions , les gens étaient très calmes, certaines filles ont même ri", explique l’allemand à la cité de la justice la ville de Valence.

 

Ce qui a changé l’environnement, dit-il, c’est l’intervention d’un enfant qui était à côté d’eux et qui, en les parodiant, a crié: «Laissez-nous tous mourir! "Dans la vidéo, vous pouvez entendre comment le même gars dit tout de suite:" C'est une blague! "Mais la chose a déjà dégénéré, malgré  les appels à ne pas paniquer. "disent les avocats Vicente Blanch et Jorge Romera.

Le délit de désordre public, dit Blanch, ne peut être commis de manière involontaire. Pour le constituer, les prédicateurs aurait dû avoir pour objectif de menacer et de déchaîner le chaos dans le métro. "En aucun cas vous ne pouvez interpréter ce qu’ils ont fait comme voulant délibérément semer la panique, ils sont clairement pacifiques. Le fait qu'ils risquent entre un et six ans de prison n'est pas justifié dans ce cas."

 

 Tsorakis déclare qu'ils s'attendaient à passer devant le tribunal cette semaine et ont découvert que la justice en Espagne s'arrêtait pratiquement en août, donc il n'y aura  probablement pas d'avancée avant septembre.

Mais, gloire à Dieu cet événement a tout de même servi pour la gloire du Seigneur: "Au final, c'était bien, car grâce à cela en prison, 15 personnes ont entamé une nouvelle vie avec Christ, Dieu a ses objectifs, et nous pensons qu'il voulait nous emmener là pour sauver ces âmes".

 

 

source : https://elpais.com/politica/2018/08/16/actualidad/1534421951_079214.html

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Eglise persécutée, #évangélisation, #vidéos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article