L'Église catholique touchée par un nouveau scandale de pédophilie

Publié le 3 Mai 2018

 Route d'accès du village d'enfants de Riaumont situé sur la commune de Liévin, dans le Pas-de-Calais (photo : © AFP/ DENIS CHARLET)

Route d'accès du village d'enfants de Riaumont situé sur la commune de Liévin, dans le Pas-de-Calais (photo : © AFP/ DENIS CHARLET)

« Tout navire qui prend la mer doit être dans la capacité de résister à la pire des tempêtes. Depuis sa fondation, la petite barque de Riaumont en a déjà supporté des tempêtes, et à chaque fois la Providence a bien voulu faire rentrer l'esquif au port avec peut-être des voies d'eau, un mât arraché, mais l'équipage sain et sauf. » Voilà comment, en mai 2017, père Christophe, désigné chef par intérim de la communauté religieuse de Riaumont, à Liévin (62), dans le nord de la France, présentait à ses fidèles des faits particulièrement graves : la mise en examen d'Alain H., père prieur, et pilier de la communauté depuis les années 80.

Quelques phrases plus loin, dans son texte rédigé sous forme de communiqué, père Christophe poursuivait, sans aucun recul sur les faits : « C'est une attaque terrible contre l'œuvre de Riaumont, d'autant plus qu'elle vient en partie de l'intérieur […] Alors, supportons, supportons tout pour l'amour de Dieu, et le dévouement au service des enfants. » Pour quel motif Alain H. a-t-il été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire ? Père Christophe ne le dit pas. D'après plusieurs témoignages concordants que Le Point a obtenus, la justice lui reproche des faits de pédophilie.

De sombres histoires commencent à remonter à la surface

La communauté de Riaumont, régulièrement critiquée depuis les années 70 pour ses méthodes d'éducation violentes et ses liens avec l'extrême droite, héberge un village d'enfants, composé d'une vingtaine de jeunes âgés de 11 à 15 ans. Des familles très religieuses y placent parfois leurs enfants. Des garçons et des petits « durs », renvoyés de plusieurs établissements scolaires, atterrissent dans ce pensionnat en dernier recours. Les collégiens, tous affiliés aux scouts de Riaumont, doivent consacrer la moitié de leurs vacances à ces activités et ne rentrent chez eux qu'une fois par mois.

Contacté, Me Bodereau, qui a défendu le village de Riaumont dans plusieurs procédures ces dernières années, notamment contre la presse, affirme que la communauté en elle-même n'est actuellement visée par aucune enquête. Selon nos informations, Alain H. est quant à lui soupçonné d'avoir consulté des images à caractère pédopornographique, ce qui a déclenché une enquête préliminaire et l'ouverture d'une information judiciaire, confiée à un juge de Béthune. Les faits sont pris très au sérieux puisque de sombres histoires, datant des années 90 et 2000, commencent tout juste à remonter à la surface…

Plusieurs informations judiciaires ouvertes dans le plus grand secret

D'après des sources concordantes, la justice enquête en effet sur de multiples affaires de maltraitance et de violences sexuelles. Plusieurs informations judiciaires ont été ouvertes. Pour « ne pas gêner la poursuite des nombreuses et difficiles investigations en cours, liées tant à l'ancienneté des faits qu'au nombre de témoins et de victimes, déclarées ou encore inconnues à ce jour, actuellement établies dans diverses régions du territoire, voire à l'étranger », le parquet de Béthune ne souhaite pas communiquer. Le Point est cependant en mesure de révéler que plus de 200 témoins et victimes ont d'ores et déjà été auditionnés par la police, du Vietnam au Canada, en passant par la France. Et ce, depuis 2013, date à laquelle la première plainte pour viol aurait été déposée.

« C'est un dossier lourd, assure une source proche de l'enquête. Il s'agit de faits graves de nature criminelle. » Les personnes mises en cause ont parfois rejoint d'autres communautés, donnant ainsi à l'affaire une ampleur nationale. Lors des perquisitions qui se sont déroulées à l'occasion de l'enquête sur le père Alain, les policiers ont saisi tous les ordinateurs et ont entendu, par la suite, un certain nombre d'anciens pensionnaires. Ce qu'ils ont découvert semble suffisamment grave pour que le juge d'instruction ait décidé de co-saisir le groupe « Mineurs » de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), à Nanterre. Un service d'élite qui, selon les confidences de sa chef à L'Obs en juin 2016, « travaille sur des profils élevés » et se concentre sur les investigations difficiles.

« Tout le monde est passé au peigne fin »

Plusieurs anciens encadrants de Riaumont, devenus prêtres par la suite, auraient été mis en garde à vue ces dernières semaines. L'un d'eux, qui donne des cours de catéchisme dans le Beaujolais, est injoignable depuis trois semaines. Un autre, Bernard M., désormais dans une paroisse bretonne, confirme que « tout le monde est passé au peigne fin ». Le religieux dément cependant avoir été convoqué par la police. Les témoignages, recueillis par Le Point à son encontre, sont pourtant nombreux.

Arthur*, un ancien de Riaumont, se voit ainsi « comme un miraculé » lorsqu'il se « compare aux autres ». Lui n'a passé qu'un an dans l'institution avant d'en être retiré par ses parents. En cause : « l'éloignement familial », confie-t-il, mais également un certain Bernard, un « prof de biologie un peu bizarre » qui s'occupait également de l'infirmerie. « Avec lui, on pouvait avoir mal à la tête, mais il fallait quand même inspecter le reste du corps, raconte Arthur. On avait facilement des ampoules au pied et, typiquement, il fallait remonter le long de la jambe pour voir s'il n'y avait pas d'autres problèmes plus haut… »

À l'époque, on se disait : on n'y va pas, avec lui, on va finir en slip !

Un récit qui fait écho au témoignage de Colin*, également entendu par la police : « Bernard, c'était le pire de tous. Il s'occupait de l'infirmerie. À l'époque, on se disait : on n'y va pas, avec lui, on va finir en slip ! » Dans le cadre de cette enquête, Colin a passé une journée et demie dans les locaux de la police. Aujourd'hui âgé de 40 ans, il raconte sur Facebook comment s'est déroulé l'interrogatoire : « D'abord, les policiers m'ont posé des questions sur les châtiments corporels et sur les violences gratuites. » L'ancien pensionnaire cite alors les différentes punitions auxquelles les garçons étaient soumis : claques, pompes, travaux de maçonnerie la nuit, suppression de permission (nom donné au seul week-end par mois où les élèves pouvaient rentrer dans leurs familles), supplice qui consistait à rester à genoux sur une règle.

Puis le ton change : « Après une journée d'entretien, les policiers ont commencé à insister sur les violences sexuelles », ajoute-t-il. À l'en croire, les enquêteurs lui auraient montré un dossier accablant : « Au début, je n'y croyais pas. Je me disais : mais non, je ne pense pas, ce sont des prêtres et des moines, c'est un peu des brutes, mais c'est tout, ça ne va pas chercher plus loin… Alors le flic me dit : vous savez, on ne se fait pas chier comme ça pour une main posée sur un genou. Et là, il me sort une grosse pile de papiers. Il me dit : ça, c'est une partie des auditions. Il me lit une ligne par ci, une ligne par là, comme ça, à la va-vite… Je l'ai arrêté. J'ai cru que j'allais vomir. »

On savait très bien qu'il y avait des aînés aux comportements tendancieux

La justice travaille également sur des agressions sexuelles commises entre mineurs aux débuts des années 2000. Au-delà de certaines humiliations infligées par les encadrants – consistant à devoir porter son slip sale sur la tête, par exemple –, des anciens élèves évoquent aussi des faits graves entre pensionnaires. « On savait très bien qu'il y avait des aînés aux comportements tendancieux », raconte aujourd'hui Lionel*, expatrié aux États-Unis. Thomas*, à l'époque considéré comme un « grand », explique comment ils sont plusieurs à avoir alerté les encadrants après qu'un petit, par ailleurs autiste, était venu se plaindre d'agressions sexuelles. Les faits auraient été commis le temps d'un week-end de « permission », lorsque la plupart des enfants étaient absents.

D'après lui, l'agresseur aurait été un temps éloigné avant d'être intégré plus tard à Riaumont, cette fois-ci en tant qu'aide-chantier. Sur un groupe privé Facebook où une soixantaine d'anciens élèves est réunie, ils sont aussi plusieurs à évoquer le cas d'un autre garçon aux problèmes psychiatriques : « Il n'aurait jamais dû se retrouver parmi nous », commente Pierre. « C'était une bombe à retardement, il s'est fait attraper plusieurs fois à essayer de toucher les petits dans les bois », ajoute Colin. Placée à Riaumont par sa famille qui voulait lui faire éviter l'hôpital psychiatrique, cette personne est désormais décédée.

Une ancienne enquête conclut par un non-lieu

La communauté a déjà fait l'objet d'une enquête judiciaire, en 2001 notamment, après qu'un adolescent, Romain, âgé de 14 ans, avait été retrouvé pendu. Le jeune homme avait confié à sa grand-mère, avant de mourir, le traitement très dur que les enfants subissaient. Mais deux mois avant son décès, il n'avait plus envoyé aucun courrier, à part cette missive : « J'ai voulu laisser passer la crise. » Quelques jours plus tard, Romain s'était suicidé. Après des mois de recherches et d'interrogatoires, les investigations s'étaient finalement conclues par un non-lieu. Mais l'enquête avait permis de révéler un fonctionnement « paramilitaire » et des sanctions violentes en cas de mauvais comportement, vivement dénoncés par Charline Delporte, la présidente d'une association lilloise très active sur le sujet au début des années 2000.

À l'époque, l'enseignement, au village de Riaumont, était totalement rétrograde. Dans un article publié le 27 juin 2001 et intitulé « Tondus, habillés de culottes de cuir et de Rangers », La Voix du Nord avait ainsi énuméré plusieurs punitions inquiétantes et humiliantes. Un article qui avait tant fait polémique que l'Association de défense du village de Riaumont avait donné la parole, dans des communiqués, à plusieurs parents d'élèves, chargés de défendre l'institution. Ces derniers s'étaient insurgés contre une « campagne mensongère et très orientée » et un « déballage d'inepties ».

Dans un de ces communiqués, une maman avait même tenté, dans une justification maladroite, de défendre les méthodes d'éducation de la communauté : « Les pages de manuels de biologie concernant le corps humain sont arrachées, oui, mais cette censure me semble normale dans l'esprit de ces religieux. Il n'empêche que l'éducation sexuelle est enseignée en cours individuel, où l'enfant peut s'exprimer plus librement », pouvait-on lire.

Une vie en autarcie loin des autorités

Si l'enquête en cours porte sur des accusations datant des années 90 et 2000, des anciens élèves des années 70 ont raconté au Point des faits accablants, bien que désormais prescrits. « J'ai été enfermé dans des douches et reçu quelques coups de ceintures », assure Claude, placé à Riaumont par un juge des enfants. Yves*, arrivé à l'âge de 9 ans dans la communauté, énumère quant à lui les sévices qu'il a subis : « cravache de chien sur la peau nue, enfermement ou encore boule à zéro puis mercurochrome sur le crâne – pour être reconnaissable en cas de fugue ». Il ajoute : « Ça m'est arrivé une nuit d'être touché par un éducateur quand j'étais petit, mais je ne me suis pas laissé faire. » Puis il précise : « Mais à l'époque on était discrets, il n'y a personne qui ne disait rien parce que sinon on se prenait une correction, donc il valait mieux se taire. »

Depuis ses débuts, dans les années 60, la communauté vit en parfaite autarcie et n'a que très peu de liens avec les autorités, comme l'attestent plusieurs édiles locaux. Le maire PS de Liévin, Laurent Duporge, concède quelques visites du village d'enfants à l'occasion, par exemple, des festivités de Noël. Et confie également connaître « à titre personnel » Jean-Paul Argouarc'h, ancien père prieur de l'institution religieuse. Mais il affirme ne rien savoir de ce qui s'y passe et ne pas avoir été averti d'une quelconque enquête judiciaire. Même constat pour l'ancien député PS de la circonscription, Nicolas Bays, qui se souvient d'une communauté vivant « en cercle ultra fermé ».

« Quand je faisais des commémorations à Liévin, j'étais toujours frappé par la dureté du prêtre en présence, avec sa soutane et ses gros godillots à l'ancienne », confie-t-il. L'ex-élu ajoute : « Ce qui frappait, c'était la fragilité apparente des enfants, frêles, comme on se les imagine en lisant Zola. Des gamins dans des shorts trop grands. Ils faisaient toujours un petit peloton d'honneur aux manifestations commémoratives et patriotiques. Les gamins marchaient au pas, dans un fonctionnement quasi militaire. Cela faisait un peu anachronique. » Loin de « l'image d'Épinal » que se faisait le député de scouts « marchant à la file en sifflotant »…

Un agrément obtenu grâce à leur affiliation aux scouts laïques

Contacté, le responsable des scouts de Riaumont assure ne pas savoir grand-chose de l'enquête en cours : « Je sais qu'il y a eu des auditions qui concernent d'anciennes personnes qui sont passées par Riaumont. Mais je ne pourrais pas trop vous en dire plus car il y a une instruction », affirme-t-il. L'homme ajoute ne pas connaître précisément les faits reprochés à ces personnes et assure ne pas être en relation, ni avec les magistrats ni avec la police.

Des affirmations relativisées par Gérard M., l'ancien secrétaire des Éclaireurs neutres de France (ENF), un mouvement de scouts laïc auquel sont affiliés les scouts de Riaumont. Selon lui, l'information selon laquelle la communauté de Riaumont était touchée par un scandale de pédophilie est parvenue aux ENF lors d'une réunion au printemps 2017, au moment de la mise en examen du père Alain. « Le président de Riaumont nous avait dit : on a un petit souci, telle chose s'est passée, mais on s'arrange entre nous, on voit ça avec la justice et les autorités compétentes », assure-t-il.

Un rapport de l'Inspection générale de la jeunesse et des sports (IGSJ)

Derrière tout cela, l'affaire illustre un autre problème : le phagocytage des mouvements de scouts laïcs par des associations religieuses, parfois intégristes. Ces dernières, face au refus des autorités de leur accorder l'agrément « jeunesse et éducation populaire », sorte de label qualité attribué par le ministère aux associations qui accueillent des jeunes (et qui leur permet d'obtenir des subventions), se sont en effet rattachées à des mouvements laïcs pour bénéficier par ricochet de leur agrément. En 2001 et 2002, les scouts de Riaumont, les scouts de Saint-Louis et les Europa Scouts se sont ainsi affiliés aux Éclaireurs neutres de France (ENF).

Le Point s'est procuré un rapport de l'Inspection générale de la jeunesse et des sports, daté de 2016, qui évoque ce « mariage de raison » entre associations laïques et religieuses. L'enquête avait été commandée à une époque où le phénomène inquiétait en haut lieu. « La situation est limite au niveau de la légalité, nous confirme une source au ministère de l'Éducation nationale. Les scouts de Riaumont peuvent développer leur propre marque, et en même temps s'abriter derrière l'agrément des Éclaireurs neutres de France [ENF]. » La situation devrait changer prochainement. Le ministère affirme suivre avec attention la situation et souligne sa volonté de « mettre un terme à cet agrément ombrelle ».

* Les prénoms ont été changés

 

source : http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-l-eglise-catholique-touchee-par-un-nouveau-scandale-de-pedophilie-02-05-2018-2215147_23.php

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #apostasie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article