Un pasteur attaqué à l'acide en Ouganda après avoir prêché un sermon
Accueil » Actualités » Un pasteur attaqué à l’acide en Ouganda après avoir prêché un sermon

Un pasteur attaqué à l’acide en Ouganda après avoir prêché un sermon

Un pasteur a perdu la quasi-totalité de sa vision après que des extrémistes musulmans l’ont attiré dans une embuscade dans la capitale ougandaise et l’ont aspergé d’acide, ont indiqué des sources.

Le pasteur Frank Mutabaazi de Mbarara ne voit que faiblement d’un œil et a du mal à manger et à parler en raison des brûlures causées par l’attaque à l’acide du 22 décembre à Kampala. Son épaule a également été gravement brûlée et il ne peut pas dormir sans analgésiques.

Après que le pasteur ait prêché lors d’un service du soir dans une église de la région de Kasubi à Kampala, un extrémiste musulman se faisant passer pour un membre de la congrégation l’a salué, l’a félicité pour son « merveilleux sermon » et a demandé à être conduit dans la région de Busega, dans l’ouest du pays. Kampala, a-t-il dit. Sur le point de rentrer chez lui à Mbarara à près de cinq heures de route, le pasteur a accepté de le raccompagner et s’est engagé sur l’autoroute Kampala-Northern Bypass.

« Sur le chemin de la route principale, le monsieur a commencé à passer plusieurs appels téléphoniques », a déclaré le pasteur Mutabaazi avec difficulté à Morning Star News en raison de brûlures à la bouche.

À l’approche d’un rond-point, l’homme a dit qu’il voulait sortir, a déclaré le pasteur Mutabaazi. Le pasteur lui a dit qu’ils étaient encore loin de sa destination, mais l’homme a répondu qu’il voulait d’abord rendre visite à un ami.

« Alors qu’il sortait du véhicule, trois hommes vêtus de vêtements islamiques sont apparus et ont sorti une bouteille et ont commencé à pulvériser sur moi par la fenêtre tout en criant et en mentionnant que je suis un ennemi de leur religion ainsi qu’un trompeur qui ne l’est pas. digne de vivre », a déclaré le pasteur Mutabaazi. « A partir de ce moment-là, je ne savais pas ce qui s’était passé, pour me retrouver dans une clinique voisine à Namunghona après cinq heures. »

Il avait reçu plusieurs menaces sur son téléphone exigeant qu’il arrête les événements d’évangélisation à Masaka et Kambala dans le centre de l’Ouganda, Mbale et Pallisa dans l’est et la sous-région du Nil occidental dans la partie nord-ouest du pays, a-t-il déclaré. Un message texte disait : « Nous avons surveillé vos activités perverses consistant à convertir nos membres au christianisme. Faites savoir que votre vie est en danger.

Le pasteur a déclaré qu’il avait pris de nombreuses précautions mais qu’il ne s’attendait pas à ce qu’un musulman assiste à un service religieux en se faisant passer pour un chrétien.

Toujours en difficulté pour se rétablir, le pasteur Mutabaazi n’a pas pu envisager de porter plainte à la police.

L’attaque était la dernière des nombreuses persécutions de chrétiens en Ouganda documentées par Morning Star News.

La constitution ougandaise et d’autres lois prévoient la liberté religieuse, y compris le droit de propager sa foi et de se convertir d’une foi à une autre. Les musulmans ne représentent pas plus de 12 % de la population ougandaise, avec de fortes concentrations dans les régions orientales du pays.