Ethiopie : 500 chrétiens éthiopiens ont été assassinés lors d'attaques en porte-à-porte depuis juin

Publié le 13 Septembre 2020

Des tueries de masse contre les chrétiens se poursuivent depuis juin en Ethiopie, au moins 500 personnes , y compris des femmes enceintes, des enfants et des familles entières, ont été tuées dans des attaques extrémistes Musulmans Oromas, un peuple vivant dans le sud du pays. (photo : AFP/Elias Asmare)

Des tueries de masse contre les chrétiens se poursuivent depuis juin en Ethiopie, au moins 500 personnes , y compris des femmes enceintes, des enfants et des familles entières, ont été tuées dans des attaques extrémistes Musulmans Oromas, un peuple vivant dans le sud du pays. (photo : AFP/Elias Asmare)

Les meurtres visent des chrétiens de différentes ethnies, y compris des oromes qui sont chrétiens. La vague d'attentats a commencé après le meurtre présumé d'un chanteur populaire d'Oromia, Hachallu Hundessa, qui a été abattu le 29 juin alors qu'il conduisait à l'extérieur de la capitale.

Les extrémistes sont de l'ethnie Oromo, traditionnellement musulmane, et sont membres de Qeerroo (qui signifie «célibataires»), un mouvement de jeunesse d'hommes d'Oromia.

Lors d'attaques faites en porte-à-porte, les extrémistes Qeerroo ont massacré des chrétiens armés d'armes, de machettes, d'épées et de lances. Les attaques ont eu lieu dans plusieurs villes, s'étendant du sud à l'est d'Addis-Abeba.


"Certains des militants Qeerroo avaient des listes de chrétiens et étaient aidés par les autorités locales, souvent dirigées par des musulmans de la région d'Oromia, à trouver des individus, en particulier ceux qui sont activement impliqués dans le soutien de l'Église", rapporte l'organisation Barnabas Fund.

Les chrétiens oromo ont également été visés. Un Oro chrétien a été étranglé pour avoir refusé de nier sa foi, avec une ficelle - utilisée par de nombreux chrétiens éthiopiens comme signe de son baptême - placée autour de son cou.

Des témoins locaux ont déclaré que la police n'avait pris aucune mesure et avait vu les tueries se dérouler. Cependant, des contacts ont rapporté qu'à Agarfa, dans la région d'Oromia, certains chrétiens ont été sauvés grâce à l'intervention de musulmans locaux qui ont risqué leur propre vie pour les protéger.

Des maisons et des commerces chrétiens ont été incendiés, vandalisés ou détruits par des extrémistes. Le niveau de cruauté des attaques a choqué les témoins locaux, qui ont rapporté des scènes déchirantes.

A Dera, un témoin a rapporté que les tueurs 
«dansaient et chantaient, en portant les parties coupées ou mutilées des corps de ceux qu'ils venaient de massacrer». Un autre témoin a déclaré que les corps mutilés d'un couple de chrétiens âgés, qui avaient été battus à mort à leur domicile, avaient été traînés dans les rues de Gedeb Asasa.

Des milliers de survivants traumatisés ont fui pour sauver leur vie, y compris des enfants orphelins, et beaucoup sont hébergés dans des églises et des centres communautaires.

Le gouvernement éthiopien a suspendu Internet dans la région pendant plusieurs semaines pour tenter de réduire l'incitation à la violence via les réseaux sociaux. Les forces de sécurité gouvernementales ont tardé à intervenir pour mettre fin à l'atrocité, qui est comparée à la vague de meurtres qui a conduit au génocide au Rwanda .

Cependant, des milliers d'arrestations ont été effectuées depuis lors, selon les rapports régionaux envoyés au Barnabas Fund, y compris les autorités locales impliquées dans les attaques. 

 

 

 

source : ichretien.com

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Eglise persécutée

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Kouadio 16/09/2020 14:18

Que le Seigneur soutienne les frères en Christ de l'Éthiopie