France : tondue et frappée par sa famille parce qu’elle fréquente un chrétien

Publié le 21 Août 2020

Les proches de la jeune fille d'origine musulmane bosniaque, ont été placés en garde à vue et sont notamment poursuivis pour « violences sur mineur »... (photo : francegeo)

Les proches de la jeune fille d'origine musulmane bosniaque, ont été placés en garde à vue et sont notamment poursuivis pour « violences sur mineur »... (photo : francegeo)

Une histoire d'amour qu'ils n'acceptaient pas. Une jeune fille, âgée de 17 ans, a été tondue et frappée à de multiples reprises par son père, sa mère, son oncle et sa tante. La raison : l'adolescente est tombée follement amoureuse d'un jeune chrétien.

Elle, de confession musulmane, fréquentait, depuis quelques mois, le garçon âgé de 20 ans sans l'avoir dit à sa famille, selon nos confrères de l'Est Républicain. «Les deux familles se connaissaient et (leur relation) ne posait pas de problème, mais quand les jeunes ont commencé à parler de mariage, les parents de la jeune fille lui ont dit: "Nous sommes musulmans, tu ne te marieras pas avec un chrétien"», a relaté Margaret Parietti, vice-procureure au parquet de Besançon. Les deux familles vivent dans le même immeuble. La jeune femme a alors été privée de téléphone et empêchée de contacter son ami. Puis les deux ont décidé de s'enfuir pendant quatre jours tout en gardant le contact avec leurs parents respectifs. La semaine dernière, le jeune couple ont fait le grand pas : partir ensemble pour échapper aux pressions familiales.

La jeune fille a donc fait une fugue mais a gardé le contact avec ses proches, arrivés de Bosnie-Herzégovine en 2017. Lundi, quelques jours après avoir quitté le domicile familial, elle a décidé de leur rendre visite, accompagnée de son amoureux d'origine serbe et des parents de ce dernier. Une rencontre dans le quartier des Clairs-Soleils à Besançon qui allait déboucher sur de graves violences.

Une scène de violence démesurée

 

Amenée dans une chambre avant d'y être frappée violemment, la jeune fille reçoit des coups de poing, de pied, au niveau du visage et du corps. Son père a ensuite saisi une tondeuse et a demandé à son frère de la tondre.

En constatant ces violences inouïes, son petit copain sort du bâtiment pour appeler les secours. Quelques minutes plus tard, il revient avec la police. Alors que la famille a tenté de cacher l'adolescente, elle a fini par être découverte par les officiers et transférée en urgence à l'hôpital.

Hématomes et côte cassée

 

Les examens ont constaté que la jeune fille souffre d'une côte cassée et de nombreux hématomes, notamment au niveau des oreilles. Un médecin lui a délivré une incapacité totale de travail (ITT) de 14 jours.

Les quatre présumés responsables de la violence envers l'adolescente, son père, sa mère, son oncle et sa tante, ont été placés en garde à vue. Ils sont poursuivis pour des « violences sur mineur, en présence de mineurs et en réunion », a confirmé le parquet de Besançon à l'Est Républicain, et ont été placés sous contrôle judiciaire dans l'attente de leurs jugements devant le tribunal.

La jeune fille, elle, a été placée sous protection judiciaire et son triste sort a visiblement ému la classe politique. Sur Twitter, Marlène Schiappa, Ministre déléguée à la citoyenneté, et Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, ont ainsi évoqué une «barbarie ».

 

 

sources : leparisien.fr

lefigaro.fr

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #actualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article