Cameroun : Un traducteur de la Bible assassiné dans son village

Publié le 28 Août 2020

Le pasteur Tanjoh Christopher Fon, a été retrouvé assassiné le 7 août, dans son village de Batibo dans le Nord Ouest du Cameroun. Il finalisait une traduction du Nouveau Testament en moghamo.

Le pasteur Tanjoh Christopher Fon, a été retrouvé assassiné le 7 août, dans son village de Batibo dans le Nord Ouest du Cameroun. Il finalisait une traduction du Nouveau Testament en moghamo.

Le pasteur Tanjoh Christopher Fon, traducteur biblique et professeur d’alphabétisation a été a été retrouvé assassiné le 7 août, quelques heures après son enlèvement, dans son village de Batibo dans le Nord Ouest du Cameroun. L’homme de 55 ans menait un projet de traduction de la Bible en moghamo une langue parlée par environ 75 000 locuteurs.

Dans cette région du Cameroun, les travailleurs humanitaires sont régulièrement la cible d’attaques de milices séparatistes armées. L’année dernière, deux autres missionnaires qui travaillaient sur des projets de traduction de la Bible ont été assassinés. En plus de sa collaboration avec la mission Wycliffe, Tanjoh Christopher Fon travaillait également au sein de l’ONG Community Initiative for Sustainable Development.

Pour une paix durable

Selon Emmanuel Keyeh, directeur de l’Association camerounaise pour la traduction et l’alphabétisation de la Bible, de nombreux traducteurs avaient quitté la région en en raison de la situation sociopolitique tendue. «Christopher avait une famille plus nombreuse, il a décidé de rester dans la communauté pour finaliser la traduction du Nouveau Testament en langue moghamo», a-t-il déclaré, rapporte Assist News Service. Il poursuit : «Christopher est parti mais nous prions pour que son dernier conseil pastoral aux combattants contribue à apporter une paix durable dans la région de Moghamo et au Cameroun.» 

 

 

 

 

source : evangeliques.info

 

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Eglise persécutée

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article