Haïti: les évangéliques manifestent contre «l'immoralité» du code pénal

Publié le 28 Juillet 2020

Haïti: les évangéliques manifestent contre «l'immoralité» du code pénal

À l’initiative de plusieurs organisations et médias évangéliques dont la Fédération protestante d’Haïti (FPH), le Conseil national spirituel des églises d’Haïti (CONASPEH), la radio Shalom et radio télé Shekina, des milliers de chrétiens protestants ont manifesté ce dimanche 26 juillet contre la publication, par décret, le 24 juin 2020, du nouveau Code pénal haïtien.

Cette manifestation des chrétiens protestants a démarré au « Carrefour trois mains », non loin de l’aéroport international Toussaint Louverture, pour terminer au « Carrefour de l’aéroport », dans la commune de Delmas,  conformément à l’annonce des leaders religieux.

 

Vêtus de t-shirt blanc arborant des slogans tels « Legliz la pale » (traduction littérale : l’église a parlé) et « Vive la famille », ces chrétiens ont réalisé leur parcours au rythme d’un char musical qui assurait l’animation. Des chants de louange ont également été entonnés au cours du déroulement de la manifestation.

Certains leaders  remarqués tant sur le char que dans la foule ont dénoncé la présence de certains articles figurés dans le Code pénal du Président Jovenel Moïse. Les articles 362, 363 et 500-2 ont été critiqués par les évangéliques qui réclament le retrait de ce document.

Sur le masque en tissu du pasteur Wismond Jeune figure le slogan de cette marche : « Non à l’immoralité, vive la famille. » L’homme d’église s’oppose à plusieurs articles du nouveau code pénal. « Ils disent exactement que si un pasteur ou un prêtre refuse un service à deux hommes ou deux femmes qui veulent se marier, ils viendront arrêter ce pasteur qui va prendre entre un à trois ans de prison », assure le pasteur.

Si le code civil haïtien n’autorise toujours que le mariage entre un homme et une femme, il assure que la révision des lois n’en est qu’à son début : « Oui le code civil dit une fille-un garçon, mais il ne faut pas oublier que c’est une attaque qu’ils mènent là. Ils ont retouché le code pénal, ils vont ensuite modifier la Constitution qui va être amendée. »

Durant leur parcours, les chrétiens protestants ont critiqué ceux de l’église catholique qui n’ont pas participé à cette « marche contre l’immoralité ». Ils en ont profité pour dénoncer ce qu’ils appellent un « silence complice des leaders religieux catholiques » qui n’ont pas sensibilisé leurs fidèles à fouler le macadam.

Au terme de cette marche des chrétiens protestants, ces derniers se disent déterminer à poursuivre la mobilisation contre la publication de ce décret qui, selon eux, ouvre la voie à la légalisation du mariage homosexuel et la débauche, entre autres.

Cela a également été une nouvelle occasion pour les Haïtiens de manifester leur colère contre le président, qui a publié le code pénal par décret. L’impopularité de Jovenel Moïse grandit d’autant que la pauvreté s’aggrave et que grandit l’insécurité causée par les gangs.

 

sources : haitistandard.com

infomediachrist.com

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #actualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article