info : les commerçants refusant les paiements en liquide sont dans l'illégalité !

Publié le 7 Avril 2020

Aucun commerçant n'a le droit de refuser le paiement en liquidités, même en cette période d'épidémie. (photo : Hamilton/REA)

Aucun commerçant n'a le droit de refuser le paiement en liquidités, même en cette période d'épidémie. (photo : Hamilton/REA)

Un Carrefour Market ici, un Super U là, mais aussi des commerces de bouche ou des pharmacies… Pour éviter la diffusion du coronavirus, un certain nombre de détaillants refusent désormais le paiement en espèces, selon les témoignages parvenus à la rédaction de 60 Millions de consommateurs.

« La pharmacienne a refusé de prendre mes 15 € en espèces, témoigne ainsi Johnny. Je n’ai pas de carte bancaire, elle m’a montré un écriteau “Nous n’acceptons pas les paiements en espèces”. Est-ce légal ? »

Le Groupement des cartes bancaires CB semble répondre oui, en félicitant sur Twitter une boulangerie parisienne qui n’accepte plus que les paiements par carte :

150 € pour refus de paiement en espèces, selon le code pénal

 

Pourtant, en temps normal comme en temps de Covid-19, la réponse est clairement non. Selon l’article R. 642-3 du code pénal, le commerçant qui refuse un paiement en pièces de monnaie ou en billets est passible d’une amende de 150 €.

Il peut cependant récuser les billets suspectés d’être faux ou ceux qui sont trop abîmés. Il n’est pas non plus obligé de rendre la monnaie, ni d’accepter plus de cinquante pièces pour un seul paiement.

 

La crise sanitaire actuelle pourrait donc inciter les commerçants à exiger l’appoint, ou à demander aux clients de déposer pièces et billets sur le comptoir plutôt que de les échanger de la main à la main. Mais en aucun cas ils n’ont le droit de refuser l’argent liquide.

 

Préférence pour le paiement par carte sans contact

 

La plupart des chaînes de magasins respectent la règle, mais affichent clairement leur préférence pour le règlement par carte, si possible avec la fonction sans contact (fonction actuellement plafonnée à 30 €).

De plus, quelques grandes surfaces n’acceptent le paiement en espèces qu’aux caisses automatiques. Le risque de transmission du virus par les pièces et billets serait pourtant infime, affirme
le ministère de la santé dans un tweet.

 

De nombreux consommateurs ne peuvent payer qu’en liquide

 

De grandes associations d’aide aux personnes vulnérables, rassemblées au sein de l’Interfédération PJM, ont lancé un appel pour maintenir les paiements en espèces, car de nombreux consommateurs n’ont pas d’autres moyens de paiement.

5 % de la population ne posséderait pas de carte bancaire, estiment-elles. Sont notamment concernés un grand nombre de majeurs bénéficiant d’une mesure de protection juridique (tutelle ou curatelle).

L’Interfédération constate qu’ils ne peuvent plus ni retirer des espèces, faute d’avoir accès à un guichet bancaire, ni subvenir à leurs besoins de base (alimentation, produits d’hygiène…).

 

Les associations attendent une réponse « ferme et protectrice »

 

Les associations ont saisi les autorités publiques ainsi que le Défenseur des droits pour les alerter de la situation.

« En attendant une réponse ferme et protectrice de nos concitoyens, expliquent-elles, c’est directement aux commerçants et aux réseaux bancaires que nous nous adressons pour qu’ils acceptent les paiements en espèces et maintiennent leurs services, dans le respect de la loi. »

 

 

source : 60millions-mag.com

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #actualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article