Moyen-Orient : la Ligue arabe rejette le plan de paix de Trump

Publié le 1 Février 2020

La Ligue arabe s’est réunie dans ses locaux au Caire, samedi 1er février, pour une réunion d’urgence sur le plan de paix proposé par Washington. KHALED DESOUKI / AFP

La Ligue arabe s’est réunie dans ses locaux au Caire, samedi 1er février, pour une réunion d’urgence sur le plan de paix proposé par Washington. KHALED DESOUKI / AFP

La ligue dénonce une proposition « injuste » et qui « ne respecte pas les droits fondamentaux du peuple palestinien ». Mahmoud Abbas a déclaré rompre les relations sécuritaires de l’Autorité palestinienne avec Israël et les Etats-Unis.

 

La Ligue arabe a annoncé, samedi 1er février, qu’elle rejetait le plan de paix annoncé plus tôt cette semaine par le président américain Donald Trump, affirmant qu’il était « injuste » envers les Palestiniens. L’organisation, réunie au Caire à la demande de l’Autorité palestinienne, a fait savoir dans un communiqué qu’elle « rejetait l’accord du siècle” américano-israélien, étant donné qu’il ne respecte pas les droits fondamentaux et les aspirations du peuple palestinien ».

Elle a ajouté que les dirigeants arabes avaient promis « de ne pas […] coopérer avec l’administration américaine pour mettre ce plan en œuvre ». « Ce virage n’aide pas à trouver une juste solution et à mettre la paix en place », avait déclaré auparavant son secrétaire général, Ahmed Aboul Gheit, avant de demander à chaque partie de négocier afin de trouver « une solution acceptable pour chacun ».

Abbas annonce la fin des relations sécuritaires avec Israël et Washington

 

Plus tôt samedi, le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait annoncé la rupture de « toutes les relations », y compris sécuritaires, entre l’Autorité palestinienne d’une part et Israël et les Etats-Unis d’autre part. « Je n’accepterai jamais cette solution » américaine, largement alignée sur les exigences d’Israël, a affirmé le président de l’Autorité palestinienne lors de son discours. « Je ne veux pas que l’on se souvienne de moi comme celui qui a vendu Jérusalem. »

 

Les Palestiniens « ont le droit de continuer leur lutte légitime par des moyens pacifiques pour mettre fin à l’occupation », a-t-il ajouté. Il assure également avoir transmis le message au premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et appelé l’Etat hébreu à « prendre ses responsabilités en tant que puissance occupante » des territoires palestiniens.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, tient, lors de la réunion de la Ligue arabe samedi 1er février au Caire, une carte qui détaille les pertes de territoire des Palestiniens, depuis « la Palestine historique » jusqu’au projet porté par la Maison Blanche en début de semaine.

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, tient, lors de la réunion de la Ligue arabe samedi 1er février au Caire, une carte qui détaille les pertes de territoire des Palestiniens, depuis « la Palestine historique » jusqu’au projet porté par la Maison Blanche en début de semaine. KHALED DESOUKI / AFP

L’Autorité palestinienne avait déjà coupé le contact avec l’administration américaine en décembre 2017, quand Washington avait reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël. Lundi, la veille de l’annonce du plan américain, Mahmoud Abbas avait refusé un appel téléphonique de Donald Trump. Le président Abbas avait déjà régulièrement menacé la coupure de cette coopération sécuritaire avec Israël et son allié américain.

Malgré ce rejet de la Ligue arabe, Mahmoud Abbas reste isolé sur le plan diplomatique ; en témoigne le délai de quatre jours pour se réunir sur le sujet avec ses alliés historiques, Jordanie, Egypte et Arabie saoudite.

 

source : lemonde.fr

 

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Israel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article