La Bible, victime collatérale de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis?

Publié le 13 Juillet 2019

L'immense majorité des Bibles distribuées aux USA étant imprimées en Chine, l'inquiétude est grande chez les éditeurs américains ...(photo : freshidea/Adobe)

L'immense majorité des Bibles distribuées aux USA étant imprimées en Chine, l'inquiétude est grande chez les éditeurs américains ...(photo : freshidea/Adobe)

La guerre économique qui sévit entre les États-Unis et la Chine pourrait faire une victime inattendue: la Bible. Les éditeurs chrétiens s'inquiètent car le coût de production des bibles pourrait bientôt fortement augmenter, rapporte notamment CNN. C'est pourquoi plusieurs sont allés trouver le gouvernement américain ces dernières semaines pour demander à ce que les bibles et les livres chrétiens soient exclus des accords sur les droits de douanes négociés en ce moment avec la Chine.

En effet, le président américain a annoncé que des milliers de produits chinois, dont les livres, seraient désormais taxés à hauteur de 25%. Comme les documents imprimés figurent sur la liste des produits auxquels s’appliquera la surtaxe, on se ronge les ongles avec acharnement dans l’industrie américaine du livre.

Or, les livres écrits par les auteurs chrétiens les plus lus, la majorité des bibles vendues dans le monde, et notamment les versions les plus répandues, sont imprimés en Chine.

La Chine, plus gros imprimeur de bibles au monde

« En raison des besoins spécifiques en papier, en impression et en production pour la Bible, aucun fournisseur américain ne pourrait produire une part significative du volume nécessaire, face à la demande du marché américain », a indiqué Mark Schoenwald, PDG de Christian Publishing, filiale de HarperCollins. Possédant 38 % du marché biblique sur le territoire, ce dernier sent venir des temps difficiles, provoqués par la hausse des taxes. 

 

Pour l'éditeur Harper Collins Christian Publishing, cela aurait pour effet de faire grimper le prix des bibles, de faire diminuer les stocks et de faire disparaître du marché certaines éditions. Pour Doug Lockhart, vice président du secteur marketing bibles chez Harper Collins «l'administration américaine n'était pas consciente de l'effet négatif que de tels accords auraient sur la production de bibles. Elle n'avait pas l'intention d'imposer une "taxe bible" aux consommateurs et aux organisations religieuses». Un autre éditeur espère «que les négociateurs reconnaîtront l'importance de la littérature chrétienne et de la bible et feront une exception». En attendant, les éditeurs ont déposé un recours auprès de la commission américaine sur le commerce international et attendent une réponse.

Pour Biblica, Société biblique internationale, et organisation religieuse à but non lucratif, la Chine représente 72 % des investissements du groupe dans l’édition de la Bible. Geof Morin, son président, assure que l’organisme fournit des Bibles à des habitants de 55 pays. Cette hausse des tarifs impacterait fortement la diffusion de la Sainte Parole — une sorte de Mauvaise Nouvelle, donc. 

Pour la petite anecdote, en 2000, un groupe d’entrepreneurs avait décidé de déverser deux millions de
bibles en Chine, pour protéger les croyants de l’athéisme grimpant. Des versions pour adultes et enfants, sous le nom de code Bambou 1999, toutes de contrebande. 

On estime que 150 millions de bibles sont imprimées chaque année en Chine — HaperCollins en vendrait près de 20 millions. Si Washington et Beijing ont pour l’heure mis sur pause leur guerre commerciale, et repris les négociations, ce n’est qu’un petit temps gagné pour les éditeurs. Pour le moment…

 

sources : actualitte.com

evangeliques.info

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #actualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article