Kushner va dévoiler la deuxième partie du plan de paix israélo-palestinien

Publié le 6 Juillet 2019

Le plan élaboré principalement par le gendre de Donald Trump s'intitule "de la paix à la prospérité". Faut-il y voir quelque chose de prophétique ?(photo : Reuters TV)

Le plan élaboré principalement par le gendre de Donald Trump s'intitule "de la paix à la prospérité". Faut-il y voir quelque chose de prophétique ?(photo : Reuters TV)

"Nous annoncerons la semaine prochaine quelle est notre prochaine étape concernant le plan de paix israélo-palestinien", a déclaré mardi le gendre du président américain Donald Trump, Jared Kushner qui avait en dévoilé la semaine précédente la partie économique à Bahrein.

voir : Israël : la partie économique du plan de paix de Trump présentée au Bahreïn

Jared Kushner a déclaré lors d'une téléconférence que la direction palestinienne "a commis une erreur stratégique en ne participant pas à l'atelier économique organisé la semaine dernière.

Selon le haut responsable de la Maison Blanche, beaucoup de Palestiniens "commencent à voir" que ce ne sont pas les Israéliens mais leurs propres dirigeants qui sont responsables de leurs problèmes économiques.

M. Kushner avait présenté la semaine dernière à Bahreïn le volet économique de son "plan de paix" visant à résoudre le conflit israélo-palestinien.

Ce plan prévoit 50 milliards de dollars d'investissements dans les Territoires palestiniens, mais l'Autorité palestinienne a boycotté la réunion à Bahreïn, accusant Washington de chercher à imposer une solution politique qui serait défavorable aux Palestiniens.

Le plan américain, baptisé "De la paix à la prospérité" et présenté comme "l'occasion du siècle" par Jared Kushner, prévoit des investissements dans les infrastructures, le tourisme ou l'éducation, avec la création d'un million d'emplois à la clé.

Cet optimisme n'est pas partagé par toutes les nations arabes. La Jordanie et l'Egypte, les deux seuls pays arabes ayant signé un accord de paix avec Israël, n'ont envoyé à Manama que des fonctionnaires, et Amman a estimé que cette conférence ne pouvait se substituer à un accord de paix politique en bonne et due forme.

Le sultanat d'Oman, qui a boudé la conférence, a choisi mercredi pour annoncer son intention d'ouvrir une "ambassade" dans les Territoires.

Jared Kushner a également plaidé pour une meilleure intégration des réfugiés palestiniens aux pays arabes qui les ont accueillis après 1948, défendant une approche "pragmatique" à une des questions les plus complexes d'un éventuel règlement du conflit israélo-palestinien.

 

source : i24news.tv

 

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Israel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article