Affaire Israel Folau : la star des wallabies reconnue coupable de violation de haut niveau du code de conduite sportif.

Publié le 10 Mai 2019

On approche du dénouement pour l'affaire Israel Folau. Sauf surprise, ce dernier devrait être licencié par l'ARU. (photo : R.Martin l'Équipe)

On approche du dénouement pour l'affaire Israel Folau. Sauf surprise, ce dernier devrait être licencié par l'ARU. (photo : R.Martin l'Équipe)

Israel Folau, joueur phare de la sélection nationale australienne est sous les critiques depuis près d'un mois pour avoir incité les pécheurs à se repentir via les réseaux sociaux.

(voir : Australie : un rugbyman chrétien écarté de l'équipe nationale pour avoir dénoncé le péché)

Quelques jours plus tard, son coéquipier Samu Kerevi a lui aussi été dénigré pour avoir dit qu'il aimait Jésus.

(voir : Australie : sommé de s'excuser pour avoir dit qu'il aimait Jésus, un rugbyman persiste ! )

 

LA commission de discipline chargée de statuer sur le cas d'Israel Folau a rendu un premier verdict cette semaine : l'instance a décidé que les propos  d'Israel Folau constituaient un « haut niveau » de violation du code de conduite sportif. Aucune sanction n'a encore été annoncée, mais l'arrière ne devrait pas échapper à une résiliation de son contrat.

La qualification de « haut niveau » est la seule permettant de résilier le contrat entre le joueur et sa Fédération, ce qui donne une première tendance de la sanction qui attend l'arrière. « Le panel va maintenant prendre en compte les propositions écrites des parties pour examiner la question de la sanction », ajoute le communiqué de la Fédération.

Israel a dores et déjà vu son contrat avec l'équipementier Asics annulé au motif que "Si Israel est en droit d'avoir des opinions personnelles, certaines exprimées récemment sur les réseaux sociaux ne sont pas alignées sur celles d'Asics."

Il a cependant reçu le soutien de l'ancien sélectionneur des wallabies Alan Jones qui a déclaré :

"Il n'y a rien de mal avec Israel, c'est la société et ceux qui le persécutent qui sont malades", a déclaré Jones, sélectionneur australien lors de l'époque dorée de la fin des années 1980, devenu un homme de radio connu pour son franc-parler et ses opinions conservatrices. Jones a déclaré avoir eu un échange avec Folau dans lequel le joueur lui a dit : "Alan, je suis en paix, mon ami. Je garde la tête haute".

 

sources : lequipe.fr

lerugbynistere.fr

rugbyrama.fr

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Eglise persécutée, #stars et foi

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article