USA : le temple satanique reconnu officiellement comme religion

Publié le 27 Avril 2019

Le siège du satanic temple dans la ville de Salem, dans l'Etat du Massachusetts (Photo : Handout/AFP)

Le siège du satanic temple dans la ville de Salem, dans l'Etat du Massachusetts (Photo : Handout/AFP)

"Satan est là pour longtemps", s'est félicitée vendredi l'organisation satanic temple, en annonçant avoir obtenu des autorités américaines une précieuse reconnaissance en tant qu’église.

Ce statut officiel est "l'aboutissement de plusieurs années" durant lesquelles le satanic temple s'est réuni régulièrement en congrégation et a célébré des offices religieux, a assuré dans un communiqué l'organisation qui a son siège à Salem, ville du Massachusetts souvent associée avec la sorcellerie.

L'IRS, le fisc américain, a considéré que le satanic temple remplissait les conditions requises pour être reconnu comme église légitime, bénéficiant d'exemption de taxes, par opposition à une simple association caritative, a ajouté le communiqué qui salue "une première historique".

Le satanic temple prône une stricte séparation de l’Église et de l’État et dit lutter contre la discrimination religieuse qui cible selon lui les disciples de la foi satanique.

Ses fidèles prêtent allégeance à Lucifer en récitant "Ave satan" et arborent des cornes de diable lors de cérémonies face à une croix érigée à l'envers.

Ils prient baphomet, une idole ailée à tête de bouc depuis longtemps vénérée par les occultistes et dans certaines pratiques sataniques.

Le satanic temple mène campagne contre les signes religieux dans des lieux publics aux États-Unis.

Il s'est notamment opposé à la présence d'une stèle des Dix Commandements au pied du capitole de Little Rock, la capitale de l'Arkansas, exigeant le droit d'y installer une statue de Baphomet.

(voir : USA : un temple satanique dévoile publiquement une statue de baphomet)

 

 

 

source : 7sur7.be

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #satanisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article