Témoignage de Festo Kivengere : l'amour de Christ réconcilie

Publié le 3 Avril 2019

Après avoir dû fuir le régime de terreur d’Idi Amin Dada, Festo Kivengere ) rentra en Ouganda pour transmettre à son pays déchiré le message de réconciliation en Jésus-Christ. (photo : Facebook/Festo Kivengere)

Après avoir dû fuir le régime de terreur d’Idi Amin Dada, Festo Kivengere ) rentra en Ouganda pour transmettre à son pays déchiré le message de réconciliation en Jésus-Christ. (photo : Facebook/Festo Kivengere)

Après avoir dû fuir le régime de terreur d’Idi Amin Dada, Festo Kivengere (1919-1988) rentra en Ouganda pour transmettre à son pays déchiré le message de réconciliation en Jésus-Christ. Son ministère dépassa les frontières de races, de cultures et de dénominations. Il a participé au réveil en Afrique de l’Est, l’un des grands mouvements de l’Esprit du vingtième siècle.

          Voici un très court extrait de son témoignage personnel. Il s’attache à rendre compte de sa relation avec Jésus et à mettre son message en pratique.

 

L’AMOUR RÉCONCILIE

 

          Dans notre collectivité, des gens de toutes sortes étaient ébranlés au contact des chrétiens libérés par la puissance du Ressuscité.

 

          C’est ce qui est arrivé à un commerçant musulman. Un jour, un client entra dans sa boutique et lui rendit 200 shillings.

 

          - J’avais triché à mon profit, et vous ne vous en étiez pas aperçu, dit-il avant d’expliquer comment il avait réussi son méfait.

 

          - Très bien, mais pourquoi rapportez-vous cet argent aujourd’hui ? interrogea le commerçant.

 

          - Jésus a changé ma vie et m’a dit de payer ma dette envers vous. Je me sentais pauvre avec votre argent dans la poche, mais maintenant qu’il vous est rendu, je suis riche. Veuillez me pardonner.

 

          En ce temps-là, 200 shillings étaient une somme importante. L’homme sortit, laissant le marchand bouche bée.

 

          Certains officiels britanniques étaient excédés. Parfois, il y avait tellement de gens attendant dehors pour rendre ou payer ce qu’ils avaient pris que le commissaire de district se plaignit qu’il lui devenait difficile d’accomplir son travail.

 

          - Je n’ai pas payé mes impôts depuis dix ans, avouait un nouveau converti. Voici une vache pour couvrir le manque.

 

          Un autre déclarait :

 

          - Voilà, Monsieur, veuillez reprendre cette pelle que j’avais volée au gouvernement quand je travaillais aux routes.

 

          L’officier demandait :

 

          - Pourquoi l’avez-vous rapportée ?

 

          - J’ai été arrêté, Monsieur.

 

          - Par qui donc ?

 

          - Jésus !

 

          Certains officiers coloniaux britanniques, des agnostiques bien éduqués, apprirent ainsi un peu de théologie pratique grâce au témoignage de ces gens humbles !

 

          Quand Jésus s’est saisi de moi, les croyants de mon assemblée m’ont averti : « Fais bien attention d’obéir au Seigneur. Exécute rapidement tout ce qu’il te dira ».

 

          Petit à petit, je me rendis compte que j’avais beaucoup de choses à remettre en ordre. Le lundi qui suivit ma rencontre avec Jésus, avant de commencer à donner cours dans ma classe à l’école de garçons, je demandai pardon à mes élèves pour les avoir traités comme de simples machines à apprendre.

 

          Je leur appris que Jésus m’avait complètement transformé, qu’il m’avait ouvert les yeux et que je les voyais maintenant comme de précieux frères. Les élèves étaient surpris et certains contents.

 

          Après l’école, ainsi que les week-ends, Jésus m’envoyait à la ville et dans les champs vers des gens que j’avais trompés, diffamés ou blessés, pour leur demander pardon. Il devenait facile de payer mes dettes. Quand le Christ ressuscité s’assied sur le trône de notre cœur, la pauvreté n’existe plus, car il est Roi, riche en miséricorde, en grâce et en plénitude. Le Saint-Esprit nous inonde et libère la personne entière.

 

source : https://www.batissezvotrevie.fr/message-du-jour/

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #témoignages

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article