Chine : une ville verse de grosses primes aux citoyens qui dénoncent les activités chrétiennes

Publié le 10 Avril 2019

Guangzhou, ville ultra-moderne et ultra-répressive envers les activités chrétiennes non déclarées aux autorités. (photo : DR)

Guangzhou, ville ultra-moderne et ultra-répressive envers les activités chrétiennes non déclarées aux autorités. (photo : DR)

La répression de la Chine contre le christianisme s’est intensifiée le 20 mars lorsque le gouvernement de la cinquième plus grande ville du pays a commencé à récompenser ceux qui dénoncent des «activités religieuses illégales», notamment des réunions d’église de maison.

 

Le Bureau des affaires ethniques et religieuses de Guangzhou a annoncé qu'il récompenserait  d’une prime de 3 000, 5 000 ou 10 000 yuans (~400, 665 et 1 330 €) les citoyens qui repèrent et dénoncent leurs voisins qui prendraient part des réunions religieuses non autorisées  à des responsables gouvernementaux, selon Asia News.

 

Le montant de la prime dépendra de l'ampleur de l'activité illégale.

 

Toutes les églises de Chine sont tenues de s’inscrire auprès du gouvernement. Certaines églises, cependant, sont confrontées à de sévères restrictions quant à la manière dont elles adorent et pratiquent leur foi. Pour cette raison, des millions de chrétiens chinois adorent la clandestinité.

 

"Les autorités n'auraient pas pu choisir un meilleur moment, juste avant Pâques, pour introduire ces mesures", a déclaré un prêtre à AsiaNews. «À ce moment de l’année, nous méditons souvent sur la passion de Jésus et la trahison de Judas pour 30 pièces d’argent. Le gouvernement de Guangzhou veut transformer les gens en plusieurs mini Judas. ”

 

Guangzhou, avec 11 millions d'habitants, est la cinquième plus grande ville de Chine et la capitale de la province du Guangdong.

 

L'année dernière, les autorités de Guangzhou ont fermé l'église de Rongguili, composée de 5 000 membres, mais les membres se rencontrent toujours dans leurs maisons, a rapporté Asia News.

 

En référence aux nouvelles réglementations, une femme chrétienne a déclaré sur son site Internet : «En Chine, nous vivons dans une atmosphère de Big Brother.» En vertu de la nouvelle loi, les citoyens peuvent signaler des activités chrétiennes suspectes au bureau du gouvernement, par téléphone ou par courrier.

 

La loi énumère les personnes dangereuses qui «établissent des lieux de culte sans autorisation; groupes non religieux; institutions non religieuses; des lieux non religieux, des lieux de culte temporaires, des activités religieuses et des dons religieux." Cela comprend "l'organisation de cours religieux non autorisés, de conférences, de pèlerinages non autorisés", a déclaré AsiaNews.

 

Selon AsiaNews, les enfants de moins de 18 ans ne sont pas autorisés à prendre part à une célébration cultuelle.

 

 

source : christianheadlines.com

 

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Eglise persécutée

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article