Syrie : entre la moitié et les trois quarts des chrétiens ont disparu

Publié le 12 Mars 2019

Tués, déplacés ou ayant émigré à l'étranger, les chrétiens se font rares sur le sol syrien... (photo :  Sputnik . Valeriy Melnikov)

Tués, déplacés ou ayant émigré à l'étranger, les chrétiens se font rares sur le sol syrien... (photo : Sputnik . Valeriy Melnikov)

La population syrienne vit dans une situation incertaine et difficile qui devient actuellement insoutenable pour les plus faibles et qui voit une impressionnante diminution du nombre des chrétiens – dans certaines zones de 77 % par rapport à la situation précédant le conflit. C’est ce sombre tableau qui émerge du bref et intense message  diffusé par l’archevêque maronite de Damas, Mgr Samir Nassar. « La reconstruction, écrit-il dans le texte envoyé à l’Agence Fides, est gelée jusqu’à nouvel ordre » alors que le dollar continue de voir sa valeur augmenter par rapport à la monnaie locale et que l’ensemble de l’économie nationale est pénalisée par les sanctions internationales qui affectent surtout les plus pauvres. Dans ce scénario préoccupant décrit par Mgr Samir Nassar, le petit troupeau des chrétiens syriens semble rendu encore plus fragile par des processus alarmants de vieillissement et d’émigration. « Au cours de la dernière grande rencontre des familles, indique-t-il, seuls quatre couples avaient moins de 50 ans. Le vieillissement des familles chrétiennes constitue un signal alarmant ». Sur la base de ces indications, fait savoir l’évêque, les chrétiens en Syrie prennent l’allure d’une « minorité qui vieillit face à l’incertitude ». En termes relatifs, les communautés ont perdu de 50 à 77 % de leurs membres par rapport à la période précédant le conflit. « Si en 2009, les chrétiens représentaient 4,7 % de la population totale, indique Mgr Nassar, combien sont-ils aujourd’hui ? Quel est l’avenir de ce petit troupeau ? » […]

 

source : christianophobie.fr

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Eglise persécutée

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article