L'Iran promet l'enfer à Israël et menace de le rayer de la carte

Publié le 29 Janvier 2019

L’Iran a de nouveau menacé Israël mardi, par la voix du secrétaire de son Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Shamkhani. (ATTA KENARE (AFP/Archives)

L’Iran a de nouveau menacé Israël mardi, par la voix du secrétaire de son Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Shamkhani. (ATTA KENARE (AFP/Archives)

L’Iran a de nouveau menacé Israël mardi, par la voix du secrétaire de son Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Shamkhani, qui a affirmé que les groupes terroristes Hamas et Hezbollah étaient prêts à faire vivre un "enfer" à l'État juif, grâce des missiles de haute précision.

"Des missiles de précision sont prêts à transformer toute leur stupidité en un enfer", a déclaré le responsable lors d’une conférence sur les technologies spatiales à Téhéran, cité par l'agence de presse Tasnim.

Ali Shamkhani a également évoqué l'affaire Gonen Segev, du nom de l’ancien ministre israélien condamné à onze ans de prison il y a trois semaines pour espionnage au profit de l'Iran.

"C'est un déshonneur absolu pour les sionistes quand un ministre israélien se révèle être un espion, quand des centaines de kilomètres de tunnels sont creusés sous leurs pieds et que les forces de résistance à Gaza et au Liban ont des missiles d'une précision extrême et sont prêtes à répondre à tout comportement insensé d'Israël avec un enfer", a-t-il déclaré.

Shamkhani faisait allusion la récente opération menée par Israël, "Bouclier du nord", au cours de laquelle l’armée a découvert et détruit six passages souterrains pénétrant le territoire israélien depuis le Liban.

Selon Israël, c’est le Hezbollah qui a construit ces tunnels dans le but de mener des infiltrations de commandos sur son sol.

Shamkhani a également déclaré que Téhéran avait la capacité d'étendre sa portée de missile, mais ne le ferait pas en raison de sa "doctrine défensive".

"Sur le plan scientifique ou opérationnel, rien n'empêche l'Iran d'augmenter la portée de ses missiles", a déclaré l'amiral Ali Shamkhani.

"Néanmoins, tout en s'efforçant constamment d'améliorer leur précision, sur la seule base de sa doctrine de défense, (l'Iran) n'a aucune volonté d'augmenter la portée de (ses) missiles", a-t-il ajouté.

 

 ATTA KENARE (AFP/Archives)
Des missiles iraniens lors d'une parade militaire, le 18 avril 2018 à Téhéran
ATTA KENARE (AFP/Archives)

 

"Effacer Israël de la carte politique mondiale"

Selon un rapport publié en 2017 par l'Institut international des études stratégiques (IISS) de Londres, l'Iran développe une douzaine de types de missiles d'une portée de 200 à 2.000 km et pouvant emporter des charges de 450 à 1.200 kg.

Ces programmes inquiètent les Occidentaux, qui accusent l'Iran de déstabiliser le Moyen-Orient, et Israël, ennemi juré de Téhéran. Certains officiers généraux iraniens affirment régulièrement souhaiter la destruction de l'Etat hébreu.

Pas plus tard que lundi, le chef adjoint du Corps des gardes de la révolution islamique, le général Hossein Salami a déclaré que la stratégie de Téhéran était d’effacer à terme Israël de la "carte politique mondiale".

"Si Israël fait quelque chose pour déclencher une nouvelle guerre, ce sera évidemment une guerre qui se terminera par son élimination et les territoires occupés seront rendus. Les Israéliens n'auront même pas de cimetière en Palestine pour enterrer leurs propres cadavres", a-t-il menacé.

Shamkhani a par ailleurs réagi à la demande de Washington que l’Iran mette un terme à son projet de lancement de satellite, s’engageant à le poursuivre "pour améliorer la qualité de vie des personnes et accroître les prouesses technologiques du pays".

Mi-janvier, après l'échec d'une tentative iranienne de placement d'un satellite sur orbite, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a accusé Téhéran de "provocation", et de chercher "à améliorer ses capacités balistiques qui menacent l'Europe et le Proche-Orient".

Lundi soir, le président israélien Reuven Rivlin a averti que les frappes israéliennes sur des cibles iraniennes en Syrie pourraient pousser Téhéran à réagir "plus énergiquement" contre l'État juif qu'auparavant.

Cet avertissement intervient quelques jours après que les forces iraniennes en Syrie aient tiré un missile sur la station de ski israélienne du Mont Hermon, sur le plateau du Golan, en réponse à des frappes aériennes.

 

source : www.i24news.tv

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Israel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article