Turquie : Erdogan évoque une guerre entre islam et christianisme !

Publié le 18 Juin 2018

Erdogan, qui a fait revenir la Turquie de la laïcité à l'islamisme menace désormais le monde chrétien. (photo : DR)

Erdogan, qui a fait revenir la Turquie de la laïcité à l'islamisme menace désormais le monde chrétien. (photo : DR)

La volonté du chancelier conservateur Sebastian Kurz de faire expulser plusieurs imams d’Autriche et de fermer sept mosquées a fait réagir, samedi, Recep Tayyip Erdogan. Le président turc estime que ces mesures vont entraîner une « guerre entre les Croisés et le Croissant ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement critiqué, samedi, la décision du chancelier autrichien de fermer des mosquées dans le cadre d’une offensive contre l'« islam politique », mettant en garde contre une « guerre entre les Croisés et le Croissant ».

« Ces mesures prises par le Premier ministre autrichien sont, je le crains, en train de mener le monde vers une guerre entre les Croisés et le Croissant », a déclaré M. Erdogan dans un discours à Istanbul dans la soirée. Le croissant de lune est l’un des symboles qui sont régulièrement associés à l’islam.

Les déclarations de M. Erdogan surviennent au lendemain de l’annonce faite par le gouvernement conservateur du chancelier Sebastian Kurz de mesures visant, selon lui, à lutter contre l'« islam politique ».

Parmi ces mesures, figurent la fermeture prochaine de sept mosquées et la possible expulsion de dizaines d’imams financés par la Turquie.

« Nous allons devoir faire quelque chose »

« Ils disent qu’ils vont bouter hors d’Autriche nos hommes de religion. Croyez-vous que nous ne réagirons pas si vous faites une telle chose ? Cela signifie que nous allons devoir faire quelque chose », a déclaré M. Erdogan, sans autres précisions.

Celui-ci omet cependant de préciser qu'en matière de tolérance religieuse, son pays n'a pas de leçon à donner. En effet la Turquie se classe 31ème dans l'index de persécution mondial des chrétiens  établi chaque année par Portes Ouvertes. L’Église arménienne et l’Église grecque-orthodoxe sont les seules officiellement reconnues par le gouvernement. Les communautés non reconnues sont pour la plupart constituées en petits groupes qui se réunissent dans des maisons, en veillant à ne pas se faire remarquer des voisins.

(Pour en savoir plus sur la situation des chrétiens de Turquie : https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/profils-pays/turquie

Vendredi, le porte-parole du président turc avait déjà dénoncé l’annonce faite par l’Autriche comme une mesure résultant, selon lui, de « la vague populiste, islamophobe, raciste et discriminatoire » dans ce pays. Environ 360 000 personnes d’origine turque vivent en Autriche, dont 117 000 ont la nationalité turque.

Les relations entre Ankara et Vienne sont particulièrement tendues depuis la tentative de putsch contre M. Erdogan en juillet 2016 qui a été suivie d’une répression de grande ampleur. Les propos du président turc surviennent par ailleurs avant les élections anticipées cruciales du 24 juin.

Le gouvernement autrichien a explicitement interdit aux responsables turcs d’organiser des meetings en Autriche en vue de ce double scrutin présidentiel et législatif.

 

source : https://www.ouest-france.fr/monde/turquie/turquie-erdogan-denonce-la-decision-de-l-autriche-de-fermer-des-mosquees-5814025

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #actualité, #Eglise persécutée

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article