Indonésie : l’Etat islamique revendique une série d’attaques meurtrières contre des églises

Publié le 13 Mai 2018

Une famille de six personnes, dont deux petites filles, est responsable des attaques suicide, qui ont fait au moins 11 morts et ont été revendiquées par l’Etat islamique. (photo : Antara Photo Agency/Reuters)

Une famille de six personnes, dont deux petites filles, est responsable des attaques suicide, qui ont fait au moins 11 morts et ont été revendiquées par l’Etat islamique. (photo : Antara Photo Agency/Reuters)

Une famille de six personnes, dont deux petites filles, est responsable des attaques-suicides menées dimanche 13 mai, contre trois églises à Surabaya en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, a rapporté la police. Ces attaques, qui ont fait au moins onze morts et des dizaines de blessés, dont deux policiers, ont été revendiquées par l’organisation djihadiste Etat islamique (EI), a annoncé le chef de la police nationale, Tito Karnavian.

La famille, comprenant la mère et le père ainsi que deux fillettes de 9 et 12 ans et deux fils de 16 et 18 ans, était liée au mouvement Jamaah Ansharut Daulah, un groupe qui soutient l’EI, a-t-il ajouté. Les trois attaques ont été perpétrées dans trois endroits différents à dix minutes d’intervalle, la première explosion s’étant produite à 7 h 30 locales (2 h 30 heure de Paris), a précisé la police de Surabaya, deuxième ville du pays.

 

Selon l’organe de propagande du groupe EI, l’agence Amaq, « trois attaques kamikazes » ont fait des morts et des blessés « parmi les gardiens des églises et des chrétiens dans la ville de Surabaya ».
 
Ces attaques interviennent à quelques jours du début du ramadan dans ce pays d’Asie du Sud-Est qui est en état d’alerte depuis la série d’attentats perpétrés ces dernières années, certains par l’organisation Etat islamique.
 

L’un des assaillants tué

Au moins l’un des assaillants qui ont fait exploser leurs bombes à Santa Maria a été tué. Il n’a pas été précisé dans l’immédiat si les autres assaillants avaient péri. Des démineurs de la police ont, par ailleurs, désamorcé des bombes à la Gereja Pantekosta Pusat Surabaya (église pentecôtiste du centre de Surabaya).

L’intolérance religieuse a augmenté ces dernières années en Indonésie, pays de 260 millions d’habitants, dont près de 90 % sont de confession musulmane, mais qui compte aussi des minorités comme les chrétiens, hindous et bouddhistes. D’autres attaques visant des églises se sont produites ces dernières années à travers cet archipel d’Asie du sud-est.

 


Source :  http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/05/13/attaques-meurtrieres-contre-des-eglises-en-indonesie_5298137_3216.html#WxPwv9d3FgyqS32e.99

 

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Eglise persécutée

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article