Afrique du Sud : un «prophète» soignait ses fidèles à l'insecticide

Publié le 6 Mars 2018

Reconnu coupable de «violences» , Lethebo Rabalago a écopé d'une amende pour avoir aspergé ses disciples avec un produit «dangereux».

Reconnu coupable de «violences» , Lethebo Rabalago a écopé d'une amende pour avoir aspergé ses disciples avec un produit «dangereux».

La justice sud-africaine a condamné à une amende le prophète autoproclamé d'une Eglise qui avait défrayé la chronique en aspergeant le visage de ses fidèles d'un insecticide destiné, selon lui, à les guérir de leurs maux ou péchés.

Au début du mois, un tribunal de la province du Limpopo (nord) avait reconnu le pasteur Lethebo Rabalago coupable de «violences», estimant que cet insecticide, vendu sous la marque «Doom» («mort» ou «catastrophe» en anglais), était «dangereux».

Le quotidien Sowetan a rapporté mercredi que le juge l'avait condamné à quatre ans de prison ou à verser une amende de 21'000 rands (environ 1500 €). Le condamné s'est empressé d'accepter l'amende.

«Nous avons conclu un accord selon lequel mon client versera des mensualités de 3000 rands jusqu'au paiement complet de l'amende», a expliqué au journal son avocat, Edmund Lubusi.

Vive polémique

En novembre 2016, la publication sur la page Facebook de l'Eglise de l'Assemblée générale du Mont Zion (MZGA) de photos du «prophète» en train de «soigner» ses fidèles à grands jets d'insecticide avait suscité une vive polémique.

«Des gens sont venus avec des blessures. Nous leur avons pulvérisé de l'insecticide et ils sont guéris», s'était défendu Lethebo Rabalago dans la presse locale.

La société Tiger Brands qui fabrique le «Doom» avait fait part de son indignation et rappelé les dangers de son produit. 

Photo : page Facebook MZGA.

Photo : page Facebook MZGA.

La Commission sud-africaine pour la promotion et la protection de la culture, de la religion et des communautés linguistiques  est une institution indépendante mandatée pour proposer des amendements à la Constitution sud-africaine et qui a elle aussi, condamné ces pratiques.

"Ces pasteurs se tournent vers les populations les plus démunies pour leur proposer une alternative"

La présidente de cette Commission, Thoko Nonhle Mkhwanazi-Xaluva, s’inquiète en effet de la recrudescence de ce genre d’incidents.

 

"En Afrique du Sud, je peux me réveiller demain matin et ouvrir une église, pour peu que j’ai de l’argent pour le faire. La Constitution le permet afin de préserver la liberté religieuse. Donc ce pasteur, comme d’autres pasteurs dans le pays, a ouvert son église et personne ne la contrôle. Il n’a même surement pas de formation religieuse.

Ce phénomène avait déjà été très médiatisé en 2015, après le scandale du pasteur qui faisait manger des serpents à ses fidèles.

Cette fois-ci, c’est exactement le même problème. En Afrique du Sud, la pauvreté ne cesse d’augmenter, l’écart entre les plus riches et les plus pauvres se creuse, le chômage est de plus en plus important. En bref, la crise qui secoue notre pays a créé beaucoup de désespoir. Ces pasteurs se tournent vers les populations les plus pauvres, peu éduquées et dépourvues pour leur proposer une alternative. Ils promettent des emplois, la guérison et d’autres choses en échange de "sort" [le sort est ici le spray, qui fait office de guérisseur].

"Nous allons soumettre au gouvernement une proposition de réforme"

Souvent, ils monnaient ces services, ce qui fait d’eux des sortes de commerçants de la religion. Depuis septembre 2015, notre Commission enquête sur ces phénomènes. Après les récents événements, nous allons soumettre au gouvernement une proposition de réforme afin de réguler les lieux de culte. Nous souhaitons que les pasteurs qui commercialisent leurs services et mettent en danger les populations puissent être rayés de la liste des "pasteurs". Je pense que le gouvernement n’a pas d’autre choix que d’accepter cette réforme, sinon des gens vont mourir à cause de ces pasteurs et de leurs méthodes dangereuses."
 
 

sources : http://observers.france24.com/fr/20161123-pasteur-prophete-sud-africain-traite-fideles-insecticide-doom-religion

http://www.ichretien.com/actualite/un-prophete-soignait-ses-fideles-a-l-insecticide-4802.html

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #apostasie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article