Victoire ! Le président bolivien abandonne le code pénal interdisant l’évangélisation

Publié le 25 Janvier 2018

Le texte controversé prévoyait des peines allant jusqu'à 12 ans d'emprisonnement. (photo :DR)

Le texte controversé prévoyait des peines allant jusqu'à 12 ans d'emprisonnement. (photo :DR)

« Sera puni d’un emprisonnement de sept (7) à douze (12) ans et de la réparation financière de la personne qui, par lui-même ou par d’autres, aura procédé à la capture, au transport, au transfert, à la privation de liberté, l’accueil ou la réception de personnes dans le but de recruter des personnes pour participer à des conflits armés ou à des organisations religieuses... »

Tel était l'intitulé très ambigu de l'article 88 du nouveau Code Pénal bolivien qui devait entrer en vigueur cette année.

Le soir du 21 janvier, Evo Morales a signalé sur son compte Twitter le retrait du Code pénal voté en décembre dernier par le Parlement.

Les évangéliques de Bolivie s’étaient mobilisés contre le code, qui incluait de fortes sanctions en cas d’évangélisation. Notamment, l’Association nationale des évangéliques de Bolivie (ANDEB) avait appelé à une journée de jeûne et de prière le dimanche 21 janvier.

Evo Morales a décidé de ne pas promulguer le texte en l’état «pour éviter la confusion». Dans son Tweet, il accuse également la droite de «comploter et déstabiliser le pays avec de la désinformation et des mensonges».

L’ANDEB avait précédemment réclamé des consultations plus larges pour produire un Code pénal en phase avec la réalité sociale du pays. «Nous allons écouter tous les secteurs qui observent le code», a de son côté rajouté le président bolivien dans son fil Twitter.

 

source : http://www.evangeliques.info/articles/2018/01/23/bolivie-le-president-morales-abandonne-le-code-penal-interdisant-l-evangelisation-17653.html

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #actualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article