HISTORIQUE ! LES USA RECONNAISSENT JERUSALEM COMME CAPITALE DE L'ETAT D'ISRAEL

Publié le 7 Décembre 2017

La décision du président Trump a bien évidemment été chaleureusement saluée par Benjamin Netanyahu (photo : Lior Mizrahi/Getty Images)

La décision du président Trump a bien évidemment été chaleureusement saluée par Benjamin Netanyahu (photo : Lior Mizrahi/Getty Images)

Donald Trump: "La décision sur Jérusalem aurait dû être prise depuis longtemps".

 

Donald Trump a reconnu officiellement, mercredi 6 décembre, Jérusalem comme capitale d’Israël et donc sa volonté de déplacer l'ambassade US de Tel-Aviv dans la ville sainte; alors que l'ambassade des États-Unis en Israël devait être établie à Jérusalem au plus tard le 31 mai 1999.

 

C'est ce qu'indiquait la troisième section du Jerusalem Embassy Act, voté par le Congrès des États-Unis en octobre 1995, soit vingt-deux ans avant que Donald Trump ne reconnaisse, ce mercredi 6 décembre 2017, Jérusalem comme capitale de l'État israélien et n'annonce le déménagement de l'ambassade des États-Unis dans la ville sainte.

Votée peu après le deuxième volet des accords de paix d'Oslo, cette loi n'avait donc jamais été appliquée depuis alors qu'elle avait fait l'objet d'un assez large consensus entre les Démocrates, alors à la Maison-Blanche, et les Républicains, qui dominaient le Congrès: le Sénat avait voté le texte par 93 voix contre 5 et la Chambre des représentants l'avait approuvé par 374 voix contre 37.

Mais une clause dérogatoire y avait été ajoutée, permettant au président d'en suspendre l'application pour six mois dans le cas où cela lui semblerait nécessaire afin de «protéger les intérêts de la sécurité nationale des États-Unis». De l'administration Clinton à l'administration Trump, qui avait décidé d'un nouveau sursis en juin, en passant par celles de Bush Jr. et d'Obama, l'application du Jerusalem Embassy Act avait ainsi été repoussée de six mois en six mois. Le motif principal étant de ne pas mettre en péril le processus de paix israélo-palestinien en témoignant une préférence pour Israël, les deux pays revendiquant Jérusalem comme capitale. Trump a donc tranché net et adopté une décision complètement à contre-courant de ses prédécesseurs.

Le président américain rapelle que ce projet était l'une de ses promesses de campagne

Cette décision, prise malgré les différentes et multiples mises en garde internationales, n’a pas manqué de faire réagir, rapidement, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, qui a salué un « jour historique ».

  • Nétanyahou : « Un pas important pour la paix »

Le cabinet de Benyamin Nétanyahou a diffusé immédiatement après le discours de Donald Trump une allocution du premier ministre israélien, exprimant une « profonde reconnaissance » à son égard. Le chef du gouvernement a souligné les liens millénaires des juifs avec la ville de Jérusalem, qui a concentré depuis trois mille ans « leurs espoirs, leurs rêves et leurs prières ».

Les autres réactions au niveau international  ont été tantôt glaciales, tantôt menaçantes :

  • Abbas : les Etats-Unis ne pourront plus jouer leur rôle d’intermédiaire de la paix

Jérusalem est la « capitale éternelle de l’Etat de Palestine », a martelé, de son côté, Mahmoud Abbas. Le président palestinien, a affirmé mercredi soir que les Etats-Unis ne pouvaient plus jouer leur rôle historique d’intermédiaire de la paix. « Par ces décisions déplorables, les Etats-Unis sapent délibérément tous les efforts de paix et proclament qu’ils abandonnent le rôle de sponsor du processus de paix qu’ils ont joué au cours des dernières décennies », a-t-il ajouté à la télévision palestinienne.

  • Le Hamas : la décision ouvre « les portes de l’enfer »

Dans la bande de Gaza, le mouvement islamiste palestinien Hamas, a affirmé dans la foulée que cette décision ouvrait « les portes de l’enfer pour les intérêts américains dans la région ». Un haut responsable du Hamas, Ismaïl Radouane, qui s’exprimait devant les journalistes dans la bande de Gaza, a appelé les pays arabes et musulmans à « couper les liens économiques et politiques » avec les ambassades américaines et à expulser les ambassadeurs américains.

 

  • La Turquie condamne une décision « irreponsable »

« Nous condamnons la déclaration irresponsable de l’administration américaine (…). Cette décision est contraire au droit international et aux résolutions de l’ONU », a réagi le ministre turc des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, sur Twitter.

 

  • La Jordanie dénonce une « violation du droit international »

Le gouvernement de Jordanie, pays gardien des lieux saints musulmans à Jérusalem, a dénoncé comme « une violation du droit international et de la charte des Nations unies » l’annonce faite par Donald Trump. Il a affirmé que le droit international et la charte de l’ONU « soulignent que le statut de Jérusalem doit être décidé via des négociations, et considère toutes les mesures unilatérales visant à imposer des réalités nouvelles sur le terrain comme nulles et non avenues ».

 

        Macron juge la décision "regrettable"

La décision du président américain, Donald Trump, de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël est « regrettable », a déclaré Emmanuel Macron, mercredi 6 décembre, estimant que le statut de Jérusalem devait être déterminé par les Palestiniens et les Israéliens.
 
  • A l’ONU : « Pas d’alternative à une solution à deux Etats »

La réaction de l’ONU n’a pas tardé. Son secrétaire général, Antonio Guterres, a souligné qu’il n’y avait « pas d’alternative à une solution à deux Etats ».

 

  • Les pays européens condamnent

Mercredi, la chancelière allemande, Angela Merkel, citée dans un tweet de son porte-parole Steffen Seibert, a déclaré que le gouvernement ne soutenait pas la décison de Donald Trump, et que le statut de Jérusalem « ne peut être négocié que dans le cadre d’une solution de deux Etats ».

La chef de la diplomatie européenne, Frederica Mogherini, s’est également exprimée dans un communiqué à ce sujet, déclarant que l’Union européenne exprimait « sa sérieuse préoccupation » et les « répercussions que cela peut avoir sur la perspective de paix ».

Theresa May, la première ministre britannique, a fait connaître son désacord avec la déclaration américaine « avant un accord final » sur le statut de Jérusalem. Tout en se positionnant également contre «  la décision américaine de transférer son ambassade à Jérusalem ».

Une position partagée par l’Italie. Le chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, a estimé que le futur de la « Ville sainte, unique au monde », devait être « défini dans le cadre d’un processus de paix fondé sur les deux Etats, Israël et Palestine ».

Le président de l'autorité palestinienne a bien mal accueilli la nouvelle et a également réaffirmé que Jérusalem est "la capitale éternelle de la Palestine". (photo : THOMAS COEX / AFP)

Le président de l'autorité palestinienne a bien mal accueilli la nouvelle et a également réaffirmé que Jérusalem est "la capitale éternelle de la Palestine". (photo : THOMAS COEX / AFP)

Cette décision va t elle  vraiment remettre en cause tout le processus de paix ? Voici l'avis de Frédéric Encel, géopolitologue et  spécialiste du Proche-Orient :

"On n'imagine pas que Donald Trump prenne la responsabilité de cette initiative de manière totalement unilatérale", tempère le géopolitologue. "Il va proposer quelque chose en échange, soit sur l'Iran, soit en termes de retour sur les rails du processus de négociation. Ca ne peut pas être une initiative sans réplique en faveur du monde arabe."

Mais alors qu'à donc Trump derrière la tête ? Il projetterait de dévoiler l'intégralité de son plan pour la fin de ce mois et il a déjà prévenu  : ça sera "tout ou rien" !

voir l'article : “Tout ou rien”. Le plan de Trump aux Israéliens et aux Palestiniens

 

 

 

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/12/06/jerusalem-reconnue-capitale-d-israel-netanyahou-salue-un-jour-historique-le-hamas-menace-les-etats-unis_5225831_3218.html#wH3u1RPXk5uixKth.99

https://www.rtbf.be/info/monde/detail_donald-trump-la-decision-sur-jerusalem-aurait-du-etre-prise-depuis-longtemps?id=9782398

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/12/06/macron-juge-regrettable-la-decision-de-trump-de-reconnaitre-jerusalem-comme-capitale-d-israel_5225828_3218.html#eqaMzlmQ2kY52wbj.99

https://www.rts.ch/info/monde/9148302-jerusalem-reconnue-comme-capitale-d-israel-va-complexifier-les-choses-.html

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #Israel

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

valerie 07/12/2017 19:13

Il etait temps que cela arrive...
Enfin 1 chose naturelle qui correspond a l histoire, la verité, la justice donc a la sporitualite de la terre sainte:ISRAEL