De la “libération sexuelle” au suicide collectif des sociétés occidentales, par Guy Millière, suivi de « Avortement, le suicide collectif », par Michelle d’Astier de la Vigerie

Publié le 22 Décembre 2017

50 ans après 1968, quelle influence ont eu la  "libéralisation des moeurs" sur notre société ?

50 ans après 1968, quelle influence ont eu la "libéralisation des moeurs" sur notre société ?

Les années 1960 ont été celles de la “libération sexuelle”. Les slogans politiques de Mai 1968, dont ce sera bientôt le cinquantième anniversaire, l’ont souligné, et ont parlé de “jouir sans entraves”.

 
Ce qui a commencé à se dissoudre à ce moment a été un ensemble de relations structurantes pour les sociétés occidentales: le contrat solennel qui lie un homme et une femme par les liens du mariage, le contrat moral qui implique la fidélité.

La sexualité s’est peu à peu dissociée des sentiments. Les familles monoparentales ou recomposées ont commencé a proliférer.

La “libération sexuelle” a commencé à se trouver accompagnée d’une révolution sociale et politique mue par la gauche: la revendication de l’égalité de droit entre hommes et femmes s’est trouvée teintée peu à peu d’une revendication égalitariste de type constructiviste qui est venue occulter la différence entre les sexes et brouiller la notion même d’identité sexuelle. Les femmes sont censées être devenues le strict équivalent des hommes, et les hommes le strict équivalent des femmes.

Est venu rapidement se superposer un féminisme qui a tenté d’aller plus loin encore, et qui, au nom du fait que les hommes auraient eu longtemps le pouvoir en Occident, a décidé de faire la guerre aux hommes aux fins que les femmes trouvent le chemin du pouvoir, peut-être celui de la revanche. Les accusations ont alors commencé à pleuvoir, traitant tous les hommes de violeurs potentiels, de “phallocrates” ou d’adeptes du “suprématisme masculin”. Pour parachever l’ensemble, et au nom de l’égalité proclamée entre toutes les formes de sexualité, l’homosexualité et la bisexualité ont été placées sur le même plan que l’hétérosexualité, voire valorisées davantage que cette dernière.

Le résultat est les sociétés occidentales dans lesquelles nous vivons.

Dans la plupart des sociétés occidentales aujourd’hui, les familles monoparentales ou recomposées seront bientôt plus nombreuses que ce qu’on appelait familles il y a un demi siècle. Les familles constituées de deux hommes ou de deux femmes, parfois davantage si affinités, prennent place.

Les hommes qui se comportent avec ce qu’on appelait autrefois la courtoisie ou la galanterie sont rapidement considérés comme méprisants vis-à-vis des femmes et deviennent objets de dérision.

Des hommes laissant aller leurs instincts pratiquent volontiers le harcèlement le plus brutal, et quand leurs pratiques se trouvent mises au jour, comme cela a été le cas ces temps derniers, des féministes utilisent ce qui s’est trouvé révélé pour affirmer que tous les hommes sont des porcs et que toute forme d’avance ou de tentative de séduction est déjà un acte de harcèlement.

Le nombre d’hommes qui ne savent plus comment se conduire avec les femmes s’accroît. Le nombre de femmes qui ne savent plus comment se conduire avec les hommes s’accroît aussi, tout comme le nombre de célibataires des deux sexes sans enfants.

De peur de se trouver accusés arbitrairement, nombre d’hommes qui font passer des entretiens d’embauche à des femmes ne le font qu’en présence d’une tierce personne.

Des féministes très militantes se sont mises à traquer les photographies et les publicités où apparaissent des femmes en tenue légère et ont pointé en ces photographies et publicités des éléments insultants pour les femmes.

Le nombre d’enfants décroît en ce contexte. Plus vite en Europe qu’en Amérique du Nord, plus vite au Canada qu’aux États-Unis. Dans certaines sociétés européennes (Italie, Espagne, Grèce, Allemagne), il atteint le niveau d’une forme de suicide collectif qui ne dit pas son nom: quand les chiffres tombent à 1,3 enfants par femmes, c’est la disparition de peuples entiers qui s’annonce.

La dissémination de l’islam en Occident s’est immiscée dans tout cela.

L’islam est porteur d’une conception de la pudeur qui rejoint celle de certaines féministes, qui se gardent bien de dénoncer le port du voile ou de rappeler que l’islam traite les femmes en êtres inférieurs et qui, lorsqu’elles parlent des violences faites aux femmes évoquent volontiers la paille dans l’oeil occidental, mais quasiment jamais la poutre dans l’oeil musulman.

L’islam est porteur de règles morales imprégnées d’inégalité entre les sexes, mais qui n’en sont pas moins des règles morales, et les Musulmans observant les sociétés occidentales y voient des sociétés désormais en perdition, dépravées, et sans repères, ce qui ne les pousse pas à s’intégrer : mais on ne leur demande désormais que rarement l’intégration, puisqu’à l’égalité proclamée entre toutes les formes de sexualité se sont ajoutées l’égalité proclamée entre toutes les cultures, l’idée de société multiculturelle et celle de droit à la différence.

Les Musulmans vivent dès lors de plus en plus à part. Ils ont des enfants. Ils pensent incarner un avenir.

Les sociétés occidentales ont-elles, elles, un avenir? La question devrait se poser sérieusement. Elle n’est presque jamais posée.

 

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

 

AVORTEMENT: LE SUICIDE COLLECTIF

Par Michelle d’Astier de la Vigerie

le résultat du "progrès" et de la "liberté" des femmes...

le résultat du "progrès" et de la "liberté" des femmes...

Guy Millière ne fait qu’évoquer le cataclysme qui s’est produit conséquemment à mai 68 :

Le « droit » à l’avortement.

J’ai vécu mai 68 de plein fouet, pleinement participante, sincèrement convaincue qu’il allait en découler une ère nouvelle de liberté dans laquelle la femme pourrait enfin s’épanouir en cassant les tabous et carcans qui – les femmes l’exprimaient et le ressentaient comme tels – l’avaient infériorisée et ligotée depuis des millénaires.

J’ai ensuite vécu l’arrivée de la loi Veil. Cette rescapée d’Auschwitz, elle aussi, à l’époque, était pleine de bonnes intentions: arrêter les avortements barbares via des faiseuses d’angess, avec curetages à vif dans les hôpitaux (c’était quasiment la règle partout, pour dégoûter les femmes de recourir à l’avortement, considéré alors comme un infanticide. C’est toujours un infanticide ! Ce qui n’excuse pas la barbarie d’une telle pratique avec l’assentiment du corps médical de l’époque).

La loi Veil était censée réduire les avortements au minimum, en ne les acceptant que face à des situations inextricables ou dramatiques, et en les exerçant dans des conditions qui ne mettaient pas la vie des mères en danger. La pilule venait d’être légalisée, donc il suffisait que les femmes se responsabilisent.

Notons au passage que cela a immédiatement déresponsabilisé les hommes: « tu n’avais qu’à prendre la pilule … ». Ils n’avaient plus désormais à « réparer » la faute comme auparavant, quand il était considéré comme un déshonneur de ne pas épouser la mère pour donner un nom à l’enfant et participer, au moins financièrement, à son éducation. Toute la faute était désormais reportée sur la mère.

Notons aussi que la pilule est un médicament chimique. Il a parfois des conséquences annexes fâcheuses qui ne sont pas négligeables.

Quand on ouvre la boîte de Pandore… quand on transgresse un commandement écrit du doigt de Dieu (« Tu ne tueras pas »), l’homme s’expose à des conséquences dont il ne peut mesurer l’amplitude dans le temps, sauf à se repentir et faire marche arrière immédiatement.

Oh, bien sûr, les législateurs ont eu vite fait de rebaptiser l’avortement « IVG » : cela faisait plus aseptisé. Puis la loi Veil a été entièrement revue, transformée, défigurée, et d’un loi favorable à la vie elle est devenue une série de lois mortifères. Les législateurs (dont une écrasante majorité d’hommes) ont considéré que l’embryon n’était pas un être vivant, juste un morceau de chair en extension – un peu comme une verrue ou un cancer – et ont même accepté très vite de se priver du droit de regard sur leurs propres enfants à naître: désormais la femme était seule à pouvoir décider de la vie ou de la mort de l’enfant qu’elle portait.  

Je passe sur tous les dérapages plus abominables les uns que les autres auxquels on assiste aujourd’hui. Car si certains ne veulent pas de leurs enfants, d’autres font tout pour s’en « procurer ». D’où la GPA (avec recours à des « mères porteuses » – dont le ventre est le plus souvent « acheté » là où ces mères, le plus souvent dans la misère, acceptent cela comme une manne financière inespérée, alors qu’elles en souffriront moralement peut-être toute leur vie) ; PMA (bébés éprouvettes, avec donneurs de sperme souvent anonymes. On arrive à effacer totalement la filiation paternelle : que de souffrances pour ces enfants quand ils chercheront leur racines et s’apercevront que c’est mission impossible );. Adoption (achat, de fait) de bébés par des couples homos aux revenus cossus, via des avocats à l’étranger.

Et pour ceux qui font passer leur bien-être personnel avant la vie des enfants :

 

IVG généralisée, (même aux ados, gratuitement,  et sans qu’elles aient besoin d’une autorisation parentale). Tout est considéré comme légitime, « puisque la mère le veut », alors que les lobbys pro-avortement ne leur proposent jamais d’autres solutions (elles existent et auraient des conséquences infiniment moins graves: adoption par exemple, ou une AIDE concrète à des femmes souvent désorientées par la grossesse non désirée. 

Les motivations avancées sont parfois le risque de déficience du bébé à naître, ou bien il est d’un sexe non désiré, d’un « géniteur » d’un soir dont on ne veut rien garder, etc.

Ou la motivation est franchement choquante: pour ne pas, par exemple, risquer de retarder un départ en vacances (un cas dont on m’a parlé ce jour) !

LE TOUT AVEC L’ASSENTIMENT DES POUVOIRS PUBLICS, COMPLICES DES LOBBYS PRO-AVORTEMENTS ET À LEURS SOLDES.

L’AVORTEMENT DEVIENT PLANÉTAIRE, ET PLANIFIÉ À GRANDE ÉCHELLE. Car cela va jusqu’à l’utilisation « médicale » ou « pharmaceutique » ou « cosmétologue » des organes des enfants avortés, pour des expériences médicales, voire pour fabriquer des produits de beauté ou des recettes de rajeunissement pour femmes aisées ! Un trafic d’avortons s’est établi, au point que des femmes se font mettre enceinte dans l’unique but d’avorter et de se faire ainsi quelques rentrées financières.

 

Bien sûr, cela se fait « chez les autres », pas encore « chez nous » (l’étique est sauve ! Mais ce n’est qu’une question de temps). Mais nos scientifiques savent se servir des découvertes issues de ces recherches (Le monde entier n’a pas hésité à se servir des « découvertes » du docteur Mengelé, issues de manipulations génétiques de prisonniers d’Auswitch ou de pratiques monstrueuses sur des enfants juifs jetés ensuite dans les fours crématoires)

 

Ne parlons pas des menaces pesant aujourd’hui, par exemple sur une infirmière voulant secourir un prématuré ayant résisté à la solution saline, sur un professeur ou un notable osant se dresser publiquement contre l’avortement, ou encore contre tout journaliste qui ose remettre en question ces lois iniques: les lobbys pro-avortement ont acquis une puissance telle qu’ils font reculer les gouvernements, les législateurs et savent faire taire tous les protestataires. On l’a vu en Espagne il y a peu d’années. Le Gouvernement a dû reculer et renoncer à sa loi anti-avortement ! Forcément, c’est Satan en personne qui est le chef d’orchestre des manifestations pro avortements et le chef de tous ces lobbys mortifères. Il n’a qu’à se servir de l’amplification monstrueuse d’un signe humain annonçant la fin des temps (et prophétisé par Paul en 2Tim 3):

L’ÉGOÏSME, individuel ou collectif.

C’est de là que Satan tire sa force pour qu’on lui sacrifie des dizaines de millions d’enfants. Il se nourrit de ces sacrifices monstrueux pour augmenter encore et encore sa puissance sur terre…

Le fait est que dès que l’avortement a été légalisé, DANS TOUS LES PAYS OÙ CELA S’EST PRODUIT – Essentiellement en Occident, pour cause de confort (je parlerai à part de l’Asie où la motivation n’est pas forcément la même*) -, le nombre d’avortements a crû à une allure exponentielle en quelques années, pour se stabiliser ensuite à un taux qui, automatiquement, ANÉANTISSAIT tout espoir de remplacement naturel des générations. D’où la régression dramatique des populations de souche. Aujourd’hui, le taux de natalité des populations originales est si bas, si alarmant, que TOUS LES GOUVERNEMENTS DES PAYS CONCERNÉS sont contraints d’accepter une politique de remplacement des populations en cours d’extinction par des vagues d’immigrés. Ceux-ci sont souvent accueillis à bras ouverts, même quand une partie importante de cette immigration force la porte de nos pays et devient de fait, une invasion hostile, avec un seul but : imposer leur religion en lieu et place de notre « laïcité », renverser nos propres lois pour les remplacer par la leur: la Charia, éliminer notre culture qu’ils rejettent avec horreur (notamment à cause de l’avortement et de l’immoralité que l’IVG a progressivement déchaînée), et dans l’objectif de s’emparer de ces pays qu’ils estiment livrés à Satan.

ILS ONT RAISON !

 

Peu importe que nous aussi, face à leurs lois iniques, leur religion sexiste, raciste et tueuse, et face à leur violence guerrière, nous estimions qu’ils sont livrés à Satan. TOUS LE SONT, nous, tout comme eux !

Face à l’iniquité généralisée, Dieu livre « nation contre nation », « frères contre frères » (Es 19:3). Des invasions et des guerres civiles se déclenchent. Dieu n’approuve pas plus les uns que les autres, mais Il se sert de nations impies pour châtier d’autres nations impies (Lire Jér 25 à 27)

C’est ce à quoi nous assistons actuellement. N’ayons aucune illusion, ces populations de remplacement, haineuses de nos moeurs dénaturées, n’accepteront JAMAIS de porter les retraites de ceux qui les ont précédés et qu’ils considèrent comme des profiteurs ou colonisateurs méprisables (encouragés dans ce sens par les déclarations de politiques telles celle de Macron en Algérie).

Il y a longtemps que j’ai été frappée par un chiffre qui n’est certes pas un hasard: environ dix millions d’enfants avortés en France en cinquante ans, à leur place environ dix millions d’immigrés non intégrés, non intégrables, et haineux de nos « valeurs ». Eux savent qu’en faisant beaucoup d’enfants, ils conquièrent inexorablement un pays qui jette les siens à la poubelle.

 

Et si l’on parlait plus avant des causes SPIRITUELLES ?

Elles s’accomplissent sous nos yeux, car nous avons commis la pire des abominations qui soit, AUX YEUX DE DIEU, pour qui chaque être humain qu’il crée est une créature merveilleuse, un mystère fou, une bénédiction que jamais l’homme ne saurait engendrer si Dieu ne l’avait prévu avant la fondation du monde, puis tissé avec amour dans le ventre de chaque mère.

Psaumes 139 : 13
C’est toi qui as formé mes reins, Qui m’as tissé dans le sein de ma mère.

Nous avons livré au feu (ou au sel pour les brûler), ou à « l’aspirateur » (comme de la saleté encombrante) nos propres enfants. Dieu justement avait ordonné au peuple hébreu d’exterminer les peuplades qui habitaient Canaan et qui offraient leurs propres enfants à Moloch pour en obtenir des avantages matériels (Amos 1:13). Nous livrons chaque année en France à Moloch (car cette divinité païenne, de fait une domination de Satan, n’a fait que se cacher derrière le nom que nous lui avons nous-mêmes donné : IVG), environ 250.000 enfants que nous aspirons hors des utérus pour les jeter ensuite au feu. Parfois, ils sont encore vivants. Parfois, ils sont même viables.

(voir: RESCAPÉE DE L’AVORTEMENT)

Deut 28: 32 Tes fils et tes filles seront livrés à un autre peuple, tes yeux le verront et languiront tout le jour après eux, et ta main sera sans force. 33 Un peuple que tu n’auras point connu mangera le fruit de ton sol et tout le produit de ton travail, et tu seras tous les jours opprimé et écrasé.

41 Tu engendreras des fils et des filles; et ils ne seront pas à toi, car ils iront en captivité. 42 Les insectes prendront possession de tous tes arbres et du fruit de ton sol. 43 L’étranger qui sera au milieu de toi s’élèvera toujours plus au-dessus de toi, et toi, tu descendras toujours plus bas; 44 il te prêtera, et tu ne lui prêteras pas; il sera la tête, et tu seras la queue. 45 Toutes ces malédictions viendront sur toi, elles te poursuivront et seront ton partage jusqu’à ce que tu sois détruit, parce que tu n’auras pas obéi à la voix de l’Eternel, ton Dieu, parce que tu n’auras pas observé ses commandements et ses lois qu’il te prescrit.

49 L’Eternel fera partir de loin, des extrémités de la terre, une nation qui fondra sur toi d’un vol d’aigle, une nation dont tu n’entendras point la langue, 50 une nation au visage farouche, et qui n’aura ni respect pour le vieillard ni pitié pour l’enfant. 51 Elle mangera le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol, jusqu’à ce que tu sois détruit; elle ne te laissera ni blé, ni moût, ni huile, ni portées de ton gros et de ton menu bétail, jusqu’à ce qu’elle t’ait fait périr. 52 Elle t’assiégera dans toutes tes portes, jusqu’à ce que tes murailles tombent, ces hautes et fortes murailles sur lesquelles tu auras placé ta confiance dans toute l’étendue de ton pays; elle t’assiégera dans toutes tes portes, dans tout le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne.

Notons que l’avortement est directement lié à la libération de la femme et s’auto-justifie: «  Je travaille comme un homme, j’ai ma carrière à faire, je n’ai pas le temps de m’embarrasser d’un enfant »…

 

L’enfant n’est plus devenu, pour beaucoup, une bénédiction et une source de joie. Il est devenu un paquet encombrant. Et c’est lié bien sûr à la licence morale qu’a généré mai 68.

Quelle offense à Dieu !

Je crois que de grands jugements vont pleuvoir, même s’ils ont déjà commencé (entre autres, le SIDA et l’invasion d’immigrés), parce que nous ne voulons pas entendre Dieu qui, du ciel, nous parle !

Je tiens à signaler que je ne suis pas en train de condamner les auteurs d’avortement. Ils ont souvent été dupés par le discours ambiant, et ils n’ont pas eu conscience de la gravité de leur geste, ni de ses conséquences: entre autres, priver le ou les enfants qui existent, de leurs frères et soeurs avortés. L’observation démontre que les survivants culpabilisent souvent et ont en eux des  esprits de mort ou de suicide, car il ressentent, consciemment ou inconsciemment, qu’ils ne sont que des SURVIVANTS « chanceux ».

 

Je conseille vivement la lecture du livre de Michel Hermanjat, « Cet enfant qui m’a manqué », qui m’a personnellement beaucoup éclairée et bouleversée: http://premierepartie.com/michel-hermenjat-cet-enfant-qui-m-a-manque-parole-d-homme-face-a-l-avortement.html

 

OUI, DANS LA PLUPART DE NOS FAMILLES, NOS ENFANTS SONT DES SURVIVANTS DE L’AVORTEMENT.

 

Les parents, que leur conscience accuse, ne savent plus exercer une autorité saine face aux survivants de leurs avortements passés. Ils  fabriquent ainsi des enfants sans loi, ne supportant aucune discipline, « rebelles à leur parents » (2 Tim 3:2), et qui se révèlent ensuite rebelles à toute autorité, que ce soit dans l’école, dans la rue ou plus tard dans leur travail.

 

Il y a un autre corollaire dramatique. Jamais, dans les siècles passés, on a vu autant de « vieux » abandonnés, isolés, ne voyant jamais leurs enfants à qui ils ont transmis leur propre mentalité du chacun pour soi, leur égoïsme érigé à l’état de vertu. Certains n’ont même pas d’enfants: ils les ont tous jetés à la poubelle, ou bien ils ont choisi la pilule toute leur vie, pour ne pas déranger leurs ambitions et désirs. Oh, beaucoup d’entre eux, dans tous les âges et toutes les catégories sociales, pensent se rattraper dans des bonnes oeuvres. Mais le mal court partout, et comme prophétisé par Paul, les derniers temps sont « difficiles ». 2 tim 3. Notons qu’il y inclut les chrétiens de nom « ils auront l’apparence de la piété », « ils aimeront leur plaisir plus que Dieu ».

 

L’ÉGLISE, SURTOUT L’ÉGLISE PROTESTANTE, AVEC LES DÉNOMINATIONS QU’ELLE ENGLOBE,  S’EST TUE, COMPLICE PAR LÂCHETÉ OU PARCE QU’ELLE A PERDU LA VÉRITABLE FOI !

 

NE NOUS ÉTONNONS PAS: DES JUGEMENTS VONT PLEUVOIR SUR ELLE ET SUR NOS NATIONS QUI FONT TOUT, SANS LE SAVOIR, POUR ÊTRE EFFACÉES DE LA CARTE DU MONDE, SELON LE DÉCRET DE DIEU:

 

DEUT 18: 10 Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu… 12 Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Eternel; et c’est à cause de ces abominations que l’Eternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi.

 

Heureusement Dieu connaît le faible reste qui Lui appartient, qui croit sa parole et la met en pratique en faisant une confiance totale au Père céleste, et qui ne s’est jamais livré à de telles abominations ou s’en est profondément repenti. CEUX-LÀ SERONT TOUJOURS PROTÉGÉS.

Note: en Asie.

Quand le Japon a été frappé par le Tsunami et la catastrophe de Fukushima, après avoir déjà été horriblement frappé par la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki 67 ans auparavant, j’ai demandé à Dieu le pourquoi de tels jugements. Le Seigneur m’a conduit sur quelque chose que j’ignorais. Le Japon était un des premiers pays à avoir légalisé l’avortement, avant même la seconde guerre mondiale, législation interrompue à cause des millions de morts de la guerre, mais reprise en 1948, et permettant l’avortement JUSQU’À NEUF MOIS ! On découpe vivants les enfants dans le ventre des mères, et c’est toujours en cours aujourd’hui.

J’ai alors demandé à Dieu pourquoi la Chine, qui avait adopté sous Mao la même loi, avec la politique de l‘enfant unique qui a conduit à des avortements massifs, ne semblait pas avoir subi les mêmes jugements.

Dieu m’a alors montré que dans ce pays, un immense réveil chrétien avait arrêté son bras. Ce qui ne change rien au fait qu’il s’y est produit des massacres horribles, que l’équilibre homme femme est aujourd’hui très lourdement aliéné, les parents, tant qu’à n’avoir qu’un seul enfant, préférant dans la plupart des cas un garçon (censé mieux pouvoir les porter dans leurs  vieux jours). D’où beaucoup d’hommes célibataires ne pouvant se marier, certains, surtout des classes pauvres et parmi les paysans, n’hésitant pas à faire enlever une femme à l’étranger, aux Philippines par exemple, pour pouvoir se marier et avoir des enfants. 

J’ai pu constater aussi, lors de séminaires, que le poids qui pesait sur l’enfant rescapé était énorme: il était condamné au perfectionnisme et se sentait, en outre, l’assassin de ses frères. C’est la joie de vivre, l’épanouissement, l’espérance de beaucoup qui a été mis au cimetière avec les enfants avortés, là aussi jusqu’à neuf mois.Et nous ne connaissons certainement qu’une toute partie des conséquences.

ALORS JE RAPPELLE : La pilule du lendemain, le stérilet et autres gadgets, provoquent des avortements. Ce n’est pas un bout de chair qu’on jette dans les toilettes, c’est une âme qu’on supprime: la vie commence dès la conception et l’âme est déjà là, ainsi que l’esprit, car sans l’esprit de Dieu toute chair périt.

 

Job 34:14 S’il (Dieu) ne pensait qu’à lui-même, S’il retirait à lui son esprit et son souffle, 15 Toute chair périrait soudain, Et l’homme rentrerait dans la poussière.

 

Une solution pour la France ? Est-ce devenu irréversible ?

 

Cela dépend de nous, et avant tout de l’Eglise dont la mission est d’être la colonne et l’appui de la vérité. L’Église catholique semble se mobiliser beaucoup plus que l’Église protestante et ses filles (nous aurons à en rendre compte). Car certains pays ont choisi de donner l’exemple. Six pays en Europe ont su résister, parmi lesquels l’Irlande et la Pologne

Lisons:

Avortement en Pologne

 
 

L’avortement en Pologne, pays de forte tradition catholique, n’est autorisé depuis 1993 que dans trois circonstances : grossesse résultant d’un acte illégal, risque pour la vie ou la santé de la femme enceinte, malformation grave du fœtus (c’est-à-dire un être humain handicapé) . De nombreux médecins y étant opposés, il peut être difficile à la femme enceinte de faire valoir son droit à l’avortement, et le nombre d’interruptions de grossesse pratiquées chaque année dans le cadre légal se limite à quelques centaines.

Seules les personnes aidant la femme enceinte à se faire avorter sont passibles de sanctions pénales. En l’absence de toute sanction pour la femme enceinte elle-même, les Polonaises souhaitant avorter peuvent se rendre à l’étranger ou dans l’une des nombreuses cliniques clandestines opérant en Pologne, ou encore se procurer par correspondance ou sur le marché noir des pilules abortives. Le nombre annuel de femmes polonaises ayant recours à une IVG est estimé entre 80 000 et 100 000.

Article reçu ces jours-ci

https://fr.wikipedia.org/wiki/Avortement_en_Pologne

La Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE) exprime son soutien total à l’initiative citoyenne polonaise #StopAbortion qui consiste en une proposition de loi visant à supprimer l’avortement dit thérapeutique.

Alors qu’une telle initiative requiert un minimum de 100.000 signatures, ses organisateurs en ont récolté 830.000, en les déposant au Parlement Polonais, lequel est désormais tenu de discuter de cette proposition de loi dans les trois mois qui viennent.

95% des avortements en Pologne sont réalisés à cause d’anomalies du fœtus ou à cause de maladies décelées avant la naissance: ce qui signifie que, depuis l’entrée en application de la loi de 1993, actuellement en vigueur, environ 20.000 enfants ont disparu à cause de l’avortement dit thérapeutique

Antoine Renard, Président de la FAFCE, souligne que « tous les media et les dirigeants devraient réfléchir à la véritable signification de l’avortement qui est toujours une tragédie, pour l’enfant, pour la mère et pour tous leurs proches. Notre histoire récente en témoigne, particulièrement en ce qui concerne l’eugénisme. En même temps –ajoute-t-il- les Institutions européennes doivent respecter le principe de subsidiarité dans ce domaine et aucune résolution ne peut empiéter sur une initiative populaire légitime : c’est une bon signe pour la démocratie que 830.000 citoyens puissent exprimer leur volonté et participer ainsi au processus démocratique ».

La FAFCE et ses membres agissent en coopération avec tous, organisations et peuples, en faveur d’une Europe où la vie soit vraiment accueillie et protégée.

 

ET NOUS ? CONTINUERONS-NOUS À NOUS TAIRE ET LAISSER FAIRE ?

 

sources : dreuz.info

https://www.michelledastier.com/de-la-liberation-sexuelle-au-suicide-collectif-des-societes-occidentales-par-guy-milliere/

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #signes des temps

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article