le témoignage du pasteur Patrick Fontaine (3ème partie)

Publié le 15 Septembre 2016

Jésus bâtit avec des pierres vivantes, pas avec des briques

Après, ils ont dit : “Bâtissons-nous une tour dont le sommet touche au ciel”, littéralement : “dont la tête touche au ciel”, dont le chef touche au ciel. Et là, on a l’église humaine, des hommes qui bâtissent, ils ne laissent pas Jésus bâtir, ils bâtissent eux-mêmes pour Jésus. Ils ne bâtissent pas sur les hauteurs de la révélation, ils bâtissent dans la plaine. Ils bâtissent une structure-cathédrale, avec un pasteur, avec une équipe qui touchent le ciel, et eux-mêmes ils sont intouchables. Est-ce que vous m’avez suivi ?

On pense que parfois les Catholiques, c’est la Babylone. Je vais vous dire : les Catholiques, ils ont juste un pape, les Protestants ils en ont un par église parfois. Amen ? La tête qui touche au ciel: c’est un système babylonien. Avec briques, pas avec des pierres, avec des briques. On rend conforme tout le monde, on casse la personnalité, on le rend conforme.

Jésus bâtit avec des pierres vivantes, pas avec des briques. Il ne veut pas qu’on soit tous des photocopies les uns des autres. Des pierres vivantes, pas des briques. “Avec du bitume” ! Ils ont bâti avec le bitume, c’est la corruption. Alors que Jésus veut que nous bâtissions avec le ciment de l’amour, de la vraie communion.

Puis le but de leur construction, c’est : “Afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de la terre.”

Ça, c’est l’église des hommes. On essaie de rassembler tout le monde au sein d’une église. C’est la force centripète. Plus ça tourne, plus ça se rapproche du centre. C’est l’inverse de la Bible ! Alors que Dieu a dit :

“Allez, remplissez la terre !”

Les Babyloniens, eux, c’est : “Bâtissons, afin que nous ne soyons pas dispersés.”

Et il y a beaucoup d’églises, c’est une structure humaine. On s’imagine que l’évangélisation, c’est entre les quatre murs de l’église. On veut amener le monde dans l’église, alors que c’est à l’église d’aller dans le monde, et d’envahir … Dieu veut une force centrifuge : plus ça tourne, plus ça va vers l’extérieur, et plus ça envahit !

Mais là, leur motivation c’est : “Afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de la terre”

Et puis après, c’est : “Faisons-nous un nom.” C’est pour la gloire humaine, pour la gloire personnelle. Quand Jésus m’a parlé de cette église des hommes, il m’en a parlé en me faisant visiter en vision toutes les églises. Cela n’arrive pas souvent, ce genre d’expérience. Heureusement, on ne meurt pas comme ça plusieurs fois de suite. Mais il m’a fait marcher dans une vision, je pouvais marcher, je côtoyais des gens. Il y avait des anges qui pouvaient m’expliquer. Je pouvais marcher, je pouvais m’arrêter, je pouvais faire des zooms, je pouvais poser des questions, et on répondait à mes questions. C’était une grande ville. Et puis j’ai dit : “C’est quoi cette ville ?” Je posais des questions. Et le Seigneur m’a dit : “Cette ville, c’est Babylone.

C’est la cité d’en bas, c’est la cité que les hommes bâtissent. Et là ; je suis entré dans cette ville. J’ai regardé tout ce qui se faisait. C’était terrible.

Et c’est dans cette vision que j’ai eu l’enseignement sur “comment les hommes bâtissent” et “comment Jésus veut bâtir”. Il y a tellement une différence, c’est une différence énorme. Et là, je continuais à marcher, et pendant que je marchais … Ah, je voyais le quartier catholique, – je savais bien qu’ils y étaient dans la Babylone -, mais il y avait aussi le quartier évangélique, puis le Charismatic Park. Eh, je voyais tout le monde ! Il y avait de grandes églises, et vous savez quoi ? il y avait des réveils religieux dans la Babylone ! J’ai dit : “Seigneur, je ne comprends pas. Tu mets ta bénédiction, il y a des réveils dans des structures humaines ?” Et le Seigneur m’a dit : “Il y a bien des réveils de l’Islam. Est-ce que j’y suis pour quelque chose.”

Est-ce que vous me suivez ? Il y a bien des réveils de l’Islam. “Est-ce que j’y suis pour quelque chose ?” dit Jésus. Il y a des techniques humaines pour produire des réveils aussi. Amen ? Et là, j’étais en train de marcher dans cette ville, il y avait des quartiers riches, des quartiers pauvres. Et puis là, d’un seul coup, au tournant d’une rue, qu’est-ce que je vois ?

Notre église de Poitiers ! …

Ça vous fait rire vous. Vous, ça vous fait rire. Moi, j’étais déjà mort, je ne pouvais pas mourir une fois de plus. Mais là le coup était fatal. J’ai été complètement déchiré. Juste avant, le Seigneur m’avait dit que ce qu’on avait démarré à Poitiers, ça venait de lui, j’étais loin de m’imaginer qu’en fait le démarrage venait de lui, et puis j’avais pris la suite des travaux.

Et j’avais bâti une église des hommes. J’étais un Babylonien pratiquant.

Et je peux vous dire que c’est terrible au niveau de la désillusion. C’est terrible. J’avais parcouru pas mal de pays, J’avais fait l’Argentine, le Canada, j’avais vu des églises qui marchaient, j’avais cherché les structures qui marchaient. Et j’avais fait un peu un milk-shake de tout ce que j’avais vu de bon. Et puis notre église, elle marchait pas mal, franchement.

Franchement, on n’était pas dans les quartiers les plus pauvres. On était quand même dans les beaux quartiers de Babylone. Mais on était à Babylone quand même. Et ça, c’est terrible. Et là, c’était la désillusion. J’ai dit : “Notre église, une église d’hommes, des Babyloniens.” Voilà ce que j’ai fait de mon ministère. J’ai fondé une tour de Babel. J’ai converti des personnes à la religion de Babylone !

Et là j’ai été encore plus déchiré. Je veux juste vous dire … Et dans la Babylone, vous savez aussi ce qu’il y avait ? Il y avait des prophètes, des ministères prophétiques.

Ah ! ils en distribuaient des ministères, ils en annonçaient des réveils !

Vous savez que Babylone a ses prophètes ? Il y a toutes sortes de ministères à Babylone, des ministères humains. Il y a de super prédicateurs, de super enseignants, des gens vraiment compétents, mais qui sont restés à l’autre bord. Ils sont restés à Babylone. Et en fait, passer de l’autre bord, ça se dit autrement dans la Bible. C’est : “Sortez du milieu d’elle. Fuyez du milieu d’elle mon peuple.”

Sortez de Babylone. Et ne pensez pas que Babylone, c’est chez les autres. Amen ?

Cela a cassé ma vision de l’église.

Et maintenant, je crois une chose. S’il y a une chose dont je suis sûr, il n’y a plus grand chose dont je suis sûr, mais il y en a une dont je suis sûr, c’est que Dieu, là, ce n’est pas un réveil qu’il va amener sur le pays. Pas un réveil, mais une réforme. Ce n’est pas un réveil. C’est une réforme. Un réveil, on serait capable d’interpréter que Jésus bénit nos vieilles structures et nos vieilles façons de penser. Il n’est pas intéressé. Ce par quoi il est intéressé, c’est par une réforme. Amen ?

Par une réforme. J’ai entendu ce mot-là au Ciel. La réforme.

Et il m’a montré que, en fait, il y avait eu plusieurs réformes dans l’histoire de l’église. Il y a eu une réforme théologique, du temps de Luther. Après, on ne l’a pas appelé réforme, mais du temps de Wesley, c’est quand même une réforme, il y a eu une réforme surtout par rapport à la piété personnelle et à l’évangélisation de masse. Puis, quand il y a eu le réveil pentecôtiste, c’était quand même aussi quelque part une réforme. La relation avec le Saint-Esprit, la compréhension par rapport au Saint- Esprit a été complètement réformée.

Et la réforme qui vient, c’est à la fois une réforme théologique, à la fois une réforme de piété, mais là, chose qui n’a pratiquement pas … il y a eu des soubresauts … mais qui n’a pas franchement touché l’église pour l’instant, il y a une réforme de structure. Dieu veut changer, en une génération, l’expression du Christianisme sur terre. Amen ? En l’espace d’une génération.

Ça sera avec nous, ou sans nous. Ecoutez, je n’ai pas besoin de dire : “Ainsi parle le Seigneur”. Je n’ai pas besoin de jouer au prophète. Je sais qui j’ai vu, je sais où j’ai été. Et là, je suis juste un perroquet. Je vous répète ce que j’ai entendu. Il n’y a pas de réveil prévu pour la France. N’écoutez pas toutes ces prophéties bidons. Il n’y a pas de réveil prévu pour la France. C’est une réforme qui est prévue. Ce n’est pas un réveil. C’est une réforme.

Un réveil, ça ne demande rien. Une réforme, ça demande tout. Amen ?

Un réveil, il y a juste la foi qui doit être mise en action, puis du temps dans la prière, on doit l’amener sur terre. Une réforme, ça demande aussi qu’on abandonne des choses, qu’on se rende vulnérable à l’Esprit. Voilà ce que ça demande une réforme ! Arrêtez de prier pour un réveil ! Il ne veut pas. Je sais que ça en déçoit quelques-uns. Mais comme on le pense, il ne veut pas un réveil comme on le pense. Il veut d’abord une réforme. Amen ?

C’est d’abord la réforme. Puis avant de réformer l’église, ce qu’il veut, c’est qu’on réforme nos cœurs, qu’on ait une complète réforme dans notre conception de la vie chrétienne. Moi, de l’avoir vu, ça m’a complètement brûlé. Ecoutez, moi, pendant que je vous parle, je ne sais même pas ce que je dois faire. Je ne sais même pas si je dois m’arrêter, je ne sais même pas si je dois pleurer. Là, j’ai les tripes à l’air. J’ai les tripes complètement à l’air. Je sens la brûlure, à l’intérieur.

Ecoutez, il est tellement grand. Il est tellement réel. Il est tellement vivant. Vous pensez que c’est juste des petites paroles comme ça, des petites louanges qui vont le satisfaire ? Trois petits tours et puis s’en vont. Vous pensez que c’est ça qui lui plait ? Ce qu’il veut, c’est des vies. Ce qu’il veut, c’est tout. Ce n’est pas un compartiment dans nos vies. Moi, avant, je pensais que j’étais évangéliste, mais je n’ai plus l’impression d’être évangéliste. Le Seigneur m’a demandé d’appeler maintenant à la conversion les Babyloniens, à la conversion des cœurs. Il m’a demandé de prêcher l’Evangile aux Chrétiens maintenant. Et ça, c’est terrible pour moi. C’est terrible.

Ecoutez, il est grand, Jésus. Ecoutez, son Eglise, elle est glorieuse. L’Eglise qu’il veut bâtir, elle est glorieuse.

Arrêtons de mettre nos mains là-dedans. Arrêtons d’essayer de nous faire un nom. Arrêtons d’essayer de se servir de lui pour bâtir notre propre royaume. Arrêtons la compétition charismatique. Effaçons-nous, et laissons- lui la place. Moi, il n’y a rien d’autre qui m’intéresse. Il n’y a rien d’autre. Je vais même être honnête avec vous. Même cette conférence-là, elle ne m’intéresse pas. Si Jésus n’est pas là, elle ne m’intéresse pas. Si ce n’est pas lui qu’on cherche, elle ne m’intéresse pas. Est-ce que vous me suivez ?

Je ne veux rien savoir d’autre. Quand je vous dis que je ne suis même pas intéressé par un réveil … je ne veux pas les signes du réveil s’il n’est pas là. [Enregistrement interrompu quelques secondes]. C’est lui mon sang, c’est lui qui est mort sur lacroix.C’est lui que je veux laisser vivre à travers moi. Il n’y a rien d’autre qui m’intéresse. Il n’y a rien d’autre. De l’avoir vu, ça m’a tué. Puis, ce que je vous souhaite, c’est une bonne mort. Ce que je vous souhaite, c’est que les yeux de votre cœur s’ouvrent, afin que vous puissiez en crever, que vous puissiez agoniser.

Parce que le Royaume de Dieu, il faut agoniser pour y entrer.

Quand la Bible dit : “Luttez pour entrer”, le verbe grec, c’est “agonizomaï”. Ça a donné le mot “agoniser”. Il y a une agonie ! De l’avoir rencontré, il y a une agonie ! Tu ne peux pas résister à la vision céleste !

Si tu me dis que tu connais Jésus, puis que tu continues tes saloperies sur Internet, tu ne le connais pas ! Si tu dis que tu connais Jésus, et puis que tu continues à critiquer, que tu continues à descendre et à critiquer l’église, tu ne le connais pas ! C’est pas vrai ! Parce que tu ne toucherais pas à Son Epouse. Moi, tu touches mon épouse, je te casse la gueule. L’Epouse de Christ, je te le garantis, il y a la colère de Dieu qui vient sur toi !

Arrêtons de faire semblant de Le connaître. Arrêtons de jouer des rôles. Parfois, on connaît tellement bien notre texte, qu’on arrive à tromper notre monde. Arrêtons de nous inventer des prophéties. Ecoutez, Il est tellement grand ! Portes, élevez vos linteaux, que le Roi de gloire fasse son entrée ! Portes, élevez vos linteaux, et que le Roi de gloire fasse son entrée ! Portes des pensées et des mentalités élevez vos linteaux, que le Roi de gloire fasse son entrée ! Cœurs, élevez vos linteaux, que le Roi de gloire fasse son entrée ! Assemblées, élevez vos linteaux, que le Roi de gloire fasse son entrée ! C’est Lui qui nous intéresse ! Ce n’est pas des programmes ! Ce n’est pas des nouveaux mouvements ! C’est Lui qui nous intéresse ! Moi, je ne veux rien savoir d’autre !

Moi, de l’avoir vu, non seulement ça m’a tué une fois, mais je continue à mourir à petit feu. Ecoutez, je ne sais même pas trouver les mots. Je ne sais même pas comment le dire à l’intérieur. Ça brûle tellement ! Ça brûle tellement ! Je ne suis pas intéressé qu’on sache ce qu’il y a de l’autre bord ! Moi, personnellement, je m’en fous de ce qu’il y sur l’autre bord ! Je sais ce que je quitte. Je m’en fous, dès l’instant où il y a Jésus ! Amen ! Maintenant, s’il veut révéler ce qu’il y a de l’autre côté, je veux bien, mais il n’est pas obligé de le dire. Quand, à Abraham, il a dit : “Quitte ton pays !” il ne lui a pas dit où il allait aller. Est-ce que vous me suivez ? Et il n’est pas obligé de tout te dire d’avance pour que tu mesures le pour et le contre, et qu’est-ce que tu vas gagner, et qu’est-ce que tu vas perdre.

Si tu le veux Lui, il doit devenir ta perle de grand prix, et tu dois être prêt à renoncer à tout, pour le gagner Lui. Amen ! Paul, il dit : “Je considère tout comme la boue des rues, afin de Le saisir, afin de Le connaître.” La chose la plus importante que tu as à faire, c’est Le connaître. Il n’y a rien d’autre de plus important. Tu es évangéliste, tu amènes des âmes au Seigneur, c’est très bien. Sais- tu que tu peux aller en enfer et avoir amené des milliers d’âmes au Seigneur ? Il va te dire : “Arrière de moi, je ne t’ai jamais connu. Il y en a qui m’ont connu au travers de toi, mais toi, tu ne m’as jamais connu.” Tu peux faire de grands miracles et avoir un grand ministère, avoir ton nom en grand sur toutes les affiches des grandes conventions. Tu crois que c’est cela qui va impressionner le Seigneur ?

Il est tellement grand ! Ecoutez, dans 1 Thessaloniciens, chapitre 2, verset 12, Paul nous exhorte à marcher d’une manière digne de Dieu qui nous appelle à son Royaume et à sa gloire. Vous voulez savoir à quoi vous êtes appelés ? Vous êtes appelés à son Royaume et à sa gloire. Le reste on s’en fout. On est appelé à son Royaume et à sa gloire. Il n’y a rien d’autre qui compte. Ecoutez, je ne sais pas combien de temps il vous reste à vivre sur terre. Chaque jour qui passe, c’est un jour de moins dans la vie. Faisons le maximum pour l’atteindre. Faisons le maximum pour le toucher. Seigneur, ouvre les yeux de notre cœur, afin que nous puissions voir. Afin que nous puissions voir, voir notre misère, comme on est pauvre, misérable, aveugle et nu, et combien Toi tu es grand. Tu es le plus beau des fils de l’homme. Seigneur, je ne veux rien savoir d’autre que toi.

Tu dis que tu l’as connu. Laisse-moi te dire une chose. J’ai fait un cauchemar, il y a quelques années. Et c’est un cauchemar qui venait du Saint-Esprit. J’ai rêvé que j’étais un esprit et que je vivais dans le corps d’un autre. Et ça faisait des années que je n’avais pas pris de drogue. Ce n’était pas la drogue qui faisait cela. Et puis cet autre il m’emmenait partout où je ne voulais pas aller. Il me faisait entendre ce que je ne voulais pas entendre. Il disait ce que je voulais pas qu’il dise. Il montrait ce que je ne voulais pas voir. Et moi j’étais en prison dans cette personne. “Non, arrête ! Arrête ! J’ai mal ! Arrête ! Arrête !” Il ne m’entendait pas, il continuait. Et ça continuait. Vraiment, j’étais tourmenté dans ce cauchemar. Et d’un seul coup je me suis réveillé, j’étais en nage. J’ai dit : “Oh, ce n’était qu’un cauchemar.” Et d’un seul coup j’ai entendu la voix de Dieu qui m’a dit : “C’est comme ça que me traitent la plupart de mes enfants. C’est comme ça que me traitent la plupart de mes enfants !”

Je te dis, si tu l’aimes, ne lui fais plus de mal. Respecte sa présence ! Cultive sa présence dans ta vie ! Laisse-le vivre au travers de toi. Amen ? Laisse-le vivre. Il n’y a rien de plus important que Le connaître, que d’apprendre à Le connaître. Déballe le cadeau qui t’a été offert à la croix ! Déballe le cadeau. Une fois, une personne a été invitée à un mariage. Elle revenait des îles, elle n’avait pas d’autre argent, elle a dit : “Je vais offrir le collier de perles que j’ai ramené des îles.” Elle a offert un collier de perles. Elle n’avait même pas de paquet. Alors elle a pris un carton avec des verres en cristal. Elle a retiré les verres, et elle a mis le beau collier dedans. Elle l’a offert au marié. Trois semaines plus tard, elle reçoit une carte : “Merci pour le merveilleux service de verres en cristal”. Vous savez ce que ça signifie ? Que les mariés n’avaient même pas ouvert le carton, ils s’étaient fiés juste à l’emballage. Ils n’ont pas l’air bête !

Et combien de fois on n’a pas l’air bête nous les Chrétiens. “Merci Jésus pour ce que tu as fait à la croix”, et on n’a même pas ouvert le cadeau. “Merci pour le salut”, et on ne l’a même pas déballé. On ne sait même pas ce que contient le salut.

Il est temps qu’on le connaisse, Lui. Que notre identité n’est pas à partir de ce que l’on fait, mais à partir de ce que l’on est. Il est temps que tu saches que Dieu t’aime. Il est temps que tu saches que Dieu t’a choisi pour vivre au travers de toi. Il t’a choisi pour que tu fasses partie de sa famille. Il t’a choisi pour partager sa gloire avec toi. Amen. Et si on priait !

Je vais juste faire un appel. Si tu sais que le Seigneur t’a parlé ce soir, et si tu veux t’offrir à Dieu comme un agneau qui va à la boucherie.. Si tu dis : Seigneur, je veux me retirer pour que tu paraisses, je veux mourir afin que tu vives. Seigneur, il n’y a rien d’autre qui m’intéresse. Le fait de Te connaître, je veux en faire ma priorité. Je ne veux rien savoir d’autre que Toi. Seigneur, je veux être un obsédé de Jésus.” Je t‘invite juste à te lever à ta place. Fais attention, ça fait très mal. Réfléchis bien. Tu n’es pas obligé de te lever. Réfléchis bien. Tu n’as pas le droit de juger quelqu’un qui ne se lève pas. Je veux juste vous prévenir : ça fait très mal.

Ceux qui se sont levés, venez au maximum devant, puis venez vous mettre à genoux devant le Seigneur. Là vous vous mettez à genoux, pas dans un signe d’adoration, mais dans un signe de capitulation :

Seigneur, je capitule. Je capitule. Je capitule.

Ecoutez, mon Jésus, c’est tout ce que j’ai. Le Saint-Esprit dans ma vie, c’est tout ce que j’ai. Surtout, ne l’attristez pas. Essayez de vous tasser le plus possible pour que le maximum de personnes arrivent à passer. Venez vous coller, collez-vous ici. Ecoutez, s’il n’y a plus de place là, vous pouvez même venir sur l’estrade. Que les premiers viennent sur l’estrade aussi, ça ne me dérange pas, venez. On va tous se rassembler dans un même lieu. On veut capituler devant le Seigneur. On veut capituler. Je veux que tout le monde ait de la place, tous ceux qui veulent capituler, fléchir les genoux devant Dieu. On ne le fait pas pour la posture. Venez, il y a encore de la place. Il y a encore de la place. Et quand on n’a plus de place, vous pouvez commencer à occuper les allées.

Ecoutez, il y a des prières que l’on parle, il y a des prières que l’on soupire, il y a des prières que l’on pleure, faites celles que vous voulez. En tout cas, répandez vos entrailles devant Dieu. Répandez vos entrailles devant Dieu. Seigneur, moi je ne peux pas continuer comme ça. Seigneur, plusieurs fois, je me suis agenouillé, plusieurs fois j’ai capitulé, mais j’ai l’impression que mon vieil homme il ressuscite à chaque fois. Seigneur, je veux que tu mettes un coup de grâce, un coup fatal Seigneur ! Seigneur, je veux me rendre vulnérable à ton Esprit ! vulnérable à ta grâce ! Seigneur, aies pitié ! j’ai besoin de toi Seigneur ! j’ai besoin de toi ! je ne peux pas continuer comme ça ! je ne peux pas continuer à voir l’église comme ça. Seigneur, fait quelque chose ! où alors reprends-moi ! mais je ne peux pas continuer comme ça Seigneur ! je ne peux pas ! Seigneur, transforme-moi, transforme l’église ou je meurs Seigneur ! Transforme ! Transforme ! Aies pitié, Seigneur ! Pas parce qu’on le mérite, Seigneur, mais fais grâce ! Fais grâce ! Grâce ! Seigneur, grâce ! Grâce ! Grâce ! … Grâce ! … Grâce ! Seigneur, grâce sur notre pays. Seigneur, on n’a rien à te présenter. Mais fais grâce ! Grâce ! Juste pour la gloire de ton nom. Sauve un reste Seigneur !

Seigneur, tu as promis qu’il y aurait des hommes de toutes langues, de toutes nations. C’est qu’il y aura aussi des Français, Seigneur. Fais grâce. On s’appuie là- dessus Seigneur ! Il y a aussi un plan de salut pour l’église en France. Fais grâce ! Grâce ! … Grâce !

Seigneur, ma prière, c’est que pour tous ceux qui se sont avancés, Seigneur, ce que tu as déposé sur ma vie, comme dépôt céleste, Seigneur, je te demande que tu leur fasses cette grâce, Seigneur. Qu’il y ait un dépôt céleste qui vienne sur eux, un dépôt de sainteté, un dépôt, Seigneur, pour s’attacher à toi, et rien qu’à toi. Fais-le, Seigneur. Fais-le Seigneur. Fais-le, si toi tu ne fais rien, il ne se passera rien. Si toi tu ne fais rien, il ne se passera rien, Seigneur. Un léopard n’est pas capable de retirer ses taches. Un Ethiopien n’est pas capable de changer la couleur de sa peau. On est pareil Seigneur. Si toi tu ne fais rien, rien ne se passera. Fais grâce.

C’est le moment de répandre ses entrailles devant le Seigneur. Philippe l’avait annoncé pour demain. Et puis demain on va continuer. Mais c’est le moment. Vous savez, il est le Maître des percées Trop souvent, on veut faire des percées. On veut des percées dans le Ciel. Mais aujourd’hui, c’est le Ciel qui veut percer nos cœurs. Le Seigneur veut faire une percée dans ta vie. Rends-toi vulnérable. Dis-lui juste : Seigneur, je me rends vulnérable à ton Esprit. Dis-le ! Dis-lui ! Seigneur, je me rends vulnérable. Fais ce que tu veux, Seigneur. J’ai besoin, j’ai besoin de Toi.

Allez-y, plaidez devant le Seigneur. Ecoutez, on prend cinq minutes, et on plaide devant Jésus. Vous avez cinq minutes pour le convaincre qu’il a de bonnes raisons pour vous exaucer. Vous avez cinq minutes pour le convaincre par votre repentance. Cinq minutes pour le convaincre par votre attente. Allez-y, vous avez carte blanche ! Plaidez votre cas devant le Seigneur ! Plaidez ! Plaidez ! … Plaidez ! Plaidez déjà pour vous-même ! Plaidez pour vous-même ! … Plaidez ! … Seigneur, fais-le, fais- le Seigneur. Fais-le. Portes, élevez vos linteaux. Que le Roi de gloire fasse son entrée.

Que le Roi de gloire fasse son entrée !

Seigneur, visite les rangs, n’épargne personne. Seigneur, je proclame que ce soir on te reçoit comme le Chef des armées de l’Eternel. Et tu es au milieu de nous, ton épée nue à la main. Tu as ton épée nue à la main. Tu es au milieu de nous, Seigneur … Plaidez ! Encore trois minutes ! Plaidez ! Plaidez ! Plaidez ! …

Et si ce soir le Roi des rois tendait son sceptre vers toi et te dise : Demande-moi quelque chose, qu’est-ce que tu lui demandes ? Le sceptre de Dieu est tendu vers toi. C’est le moment de plaider ! Laisse de côté ta dignité ! Laisse de côté que celui qui est à côté de toi peut t’entendre ! Répands ton cœur devant lui ! Répands ton cœur, capitule ! Dis-lui combien tu en as raz la casquette de ta vie ! Fais de la place pour du nouveau ! Fais de la place pour du nouveau ! …

Le dépôt commence à descendre. Le dépôt commence à descendre. Recevez ! Recevez ! Recevez ! Recevez ! Recevez, ne vous fiez pas à ce que vous sentez. Recevez ! Recevez, vous n’êtes pas venu pour rien. Moïse était devant Dieu, il ne savait pas que son visage brillait.

Tu ne peux pas te présenter devant Dieu et rester le même ! Ce n’est pas possible. Et là, c’est devant Lui qu’on veut être …

Seigneur, on ne te présente pas tout ce qu’on a fait, on veut te connaître Toi … N’y allez pas à l’économie … J’essaie de penser : c’est qu’une fenêtre est ouverte au Ciel, et les yeux sont penchés vers nous. Pour l’instant, il n’y a pas d’action du Ciel. Les yeux sont juste penchés vers nous … Surprenons le Ciel par notre détermination. Seigneur, je ne veux plus vivre pour moi-même. Je suis déterminé, ce n’est pas des mots, ce n’est pas du vent, ce n’est pas du bluff, Seigneur …

Seigneur, plus encore ! Appesantis ta main ! Appesantis ta main Jésus ! Appesantis encore ! Ne laisse personne intact ! Ne laisse personne intact, Jésus …

Fin du témoignage

Fin du témoignage

Rédigé par PERSCH Emmanuel

Publié dans #témoignages, #vidéos

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article